TROIS CAVALIERS POUR FORT YUMA
Titre: Per pochi dollari ancora
Réalisateur: Giorgio Ferroni
Interprètes: Giuliano Gemma

 

Dan Vadis
Sophie Daumier
Jacques Sernas
Nello Pazzafini
José Calvo
Ángel del Pozo
Année: 1966
Genre: Western Spaghetti
Pays: Italie
Editeur  
Critique:

Signé par Giorgio Ferroni sous son pseudonyme coutumier de Calvin Jackson Padget, 3 CAVALIERS POUR FORT YUMA constitue un très plaisant western à même de satisfaire les amateurs de récit héroïque. Ferroni a livré dans le genre d’intéressantes productions comme WANTED ou DEUX PISTOLETS POUR UN LACHE et a aussi tourné quelques péplums sympathiques (HERCULE CONTRE MOLOCH, LA GUERRE DE TROIE), sans oublier un véritable chef d’œuvre de l’épouvante européenne avec LE MOULIN DES SUPPLICES. Ce western « traditionnel » confirme son talent.

1865. Gary Diamond (incarné par le toujours excellent Guiliano Gemma), un Sudiste emprisonné, accepte de guider deux soldats nordistes vers le Fort Yuma afin d’empêcher une inutile effusion de sang. En effet, le Fort Yuma dispose d’une importante garnison et toute attaque se solderait par un bain de sang. Pourtant, des traitres espèrent que l’assaut ait lieu comme prévu, ce qui leur permettrait, dans la confusion, de faire main basse sur une importante quantité d’or. Avec l’aide d’une chanteuse de salon répondant au nom évocateur de Connie Breastfull, notre brave Sudiste tente d’arrêter le massacre programmé…

Dénué des outrances du western italien, 3 CAVALIERS POUR FORT YUMA lorgne davantage vers le modèle américain et en particulier les petites séries B nerveuses tournées dans les années ’50 qui allaient droit à l’essentiel. On pense ainsi, par exemple, au DESERTEUR DE FORT ALAMO.

Dans cette histoire de Sudiste tentant, par tous les moyens, d’empêcher un carnage stupide fomenté par des hommes aveuglés par l’argent, Guiliano Gemma trouve un rôle héroïque, loin des salauds coutumiers fréquentant les plaines désertiques d’Almeria.

Le scénario avance à un rythme solide, délaissant les lenteurs et effets des réalisateurs de la Péninsule singeant Leone, pour proposer une action constante et des retournements de situation fréquents. Sans négliger l’humour, 3 CAVALIERS POUR FORT YUMA offre une tension palpable et un suspense prenant, la mission de Gemma s’apparentant à une véritable course contre la montre qui ne lui laisse guère le temps de souffler.

La bande sonore, signée Gianni Ferrio (mais co-créditée à Ennio Morricone, lequel porta l’affaire devant les tribunaux en 1973) est excellente et le métrage, dans son ensemble, remplit ses promesses et évite le manichéisme ainsi que la classique opposition bons Nordistes et méchants Sudistes.

Les bagarres, les filles de saloon et les duels sont également de la partie pour le plus grand plaisir du spectateur. Contrairement à bien des westerns italiens qui cherchaient à renouveler les mythes de l’Ouest, 3 CAVALIERS POUR FORT YUMA se montre, lui, classique et cherche simplement à proposer au spectateur un divertissement plaisant et sans prétention. Pari gagné pour cette sympathique série B à redécouvrir.

 

Fred Pizzoferrato - Juin 2011