AMAZONIA - L'ESCLAVE BLONDE
Titre: Sciave bianche / White Slave / Violence In Amazonia / Cannibal Holocaust 2: The Catherine Miles Story / Captive Women VII
Réalisateur: Mario Gariazzo
Interprètes: Elvire Audrey

 

Alvaro Gonzales
Neal Berger
James Boyle
 
 
 
Année: 1986
Genre: Cannibales / Aventures / Horreur / Gore
Pays: Italie
Editeur Neo Publishing
Critique:

Un film de jungle typique qui surfe paresseusement sur la vague des cannibales lancé dix ans auparavant par Ruggero Deodato et Umberto Lenzi. Inspiré d'une histoire vraie (enfin, comme c'est un producteur italien qui le dit, rien n'est moins sûr!), cet AMAZONIA - L'ESCLAVE BLONDE rappelle également le classique western UN HOMME NOMMÉ CHEVAL ainsi que le CANNIBALIS (Deep River Savage) de Umberto Lenzi.

Ici, une jolie blonde nommée Catherine Miles (Elvire Audray) débarque au Brésil pour rendre visite à ses parents et fêter dignement ses 18 ans. Au cours d'une excursion en bateau, toute la famille de Catherine tombe sous les fléchettes empoisonnées d'une tribu d'indigènes primitifs.

Umukai, capture la demoiselle et l'emmène avec lui au cœur de la jungle. Mais le chef de la tribu veut offrir la belle captive à un autre. Heureusement, Catherine est vierge et, suite à un tabou, la situation se complique et Umukai finit par défaire son rival en combat singulier et gagner la jeune fille. Evidemment, Catherine commence à tomber sous le charme du viril Umukai, lequel est fou amoureux.
Grâce à ces connaissances rudimentaires en médecine, la demoiselle se montre fort utile à la tribu et passe pour une sorte de guérisseuse. Comme la sœur d'Umukai possède quelques notions d'anglais, la communication finit par progresser et Catherine apprend la vérité: la tribu n'a pas tué ses parents, les vrais coupables sont en réalité son oncle et sa tantine…toute cette violence n'ayant d'autre but que de s'emparer de la plantation familiale! Armée d'un arc, Catherine préparer sa vengeance!

Scénario classique, mise en scène sans génie, et interprétation médiocre sont autant de bémol à cette série B assez banale. Quelques scènes gore (tête tranchée, attaque d'alligator, flèche dans l'œil) et un soupçon d'érotisme (l'héroïne est complètement nue durant les trois quart du métrage) nous rappellent pourtant le coté éminemment gratuit et complaisant des réalisateurs de cinéma bis italien. Ces ingrédients viennent heureusement pimenter un plat plutôt fade qui comprend aussi, évidemment, les tueries d'animaux non simulées typiques du genre. Mais niveau atrocité on a fait bien pire et le cinéaste se montre étonnamment sobre à ce niveau. Nous sommes davantage dans le domaine du récit d'aventures bis, comprenez pimenté de sexe et de sang, que du véritable produit gore comme pouvez l'être CANNIBAL FEROX. Les cannibales sont d'ailleurs quasiment absents du récit puisque la tribu qui recueille Catherine ne pratique pas l'anthropophagie, laissant cela à leurs ennemis!

Mario Gariazzo prend assez clairement le parti des "sauvages" et les dépeints finalement comme plus honnêtes et "civilisés" que les Hommes Blancs toujours prêt à s'entretuer pour un lopin de terre. Le film fut parfois vendu sous le titre abusif de "Cannibal Holocaust 2" au mépris des copyrights. Ce qui risque d'en décevoir certain, la violence étant nettement moins prononcée que dans le supposé premier épisode. Il ne faut pas non plus le confondre avec AMAZONIA (Cut And Run), un film d'aventures très saignantes de Deodatto qui fut, lui aussi, nommé "Cannibal Holocaust 2"…

Au final, l'amateur de série B pourra passer un agréable moment mais le film ne restera sûrement pas dans les mémoires. Il s'agit d'un produit de confection courante ficelé sans génie mais qui possède pourtant un certain charme. La construction en flash-back, les petits twists du scénario et la sobriété générale le rapprochent davantage d'un récit d'aventures que de l'horreur. Si AMAZONIA - L'ESCLAVE BLONDE est sympathique, on lui préférera néanmoins, et sans hésiter, les véritables classiques du genre que sont CANNIBAL HOLOCAUST de Deodato et le très Z mais incontournable CANNIBAL FEROX de Lenzi.

Félicitons cependant Neo Publishing pour nous proposer ce titre rare dans de bonnes conditions, même si quelques bonus auraient été bienvenus.

octobre 2006