THE ARENA - LES GLADIATRICES
Titre: The Arena
Réalisateur: Timur Bekmambetov
Interprètes: Karen McDouglas

 

Lisa Dergan
Olga Sutulova
Julia Chicherina
Severina Kamugish Kemirimbe
 
 
Année: 2001
Genre: Peplum / Aventures / Erotique / Sexploitation
Pays: USA
Editeur  
3 /6
Critique:

THE ARENA, premier du nom, était un petit péplum produit par Roger Corman en 1972 sur lequel travailla Joe Dante au tout début de sa carrière. Bien sûr, le renouveau du film épique par le biais, surtout, de GLADIATOR, donna des idées au producteur pingre qui décida joyeusement de se lancer dans une imitation du chef d'œuvre de Ridley Scott.

Immédiatement conscient de ne pouvoir rivaliser avec le cinéaste précité au niveau de l'action, du spectacle et de la démesure, Corman préféra utiliser les éléments indispensables au bon vieux bis des familles: du sexe et du sang! Nous retrouvons donc le gouverneur romain décadent, envoyé par César dans un pays lointain, bien décidé à montrer aux Barbares les bienfaits de la civilisation. Pour cela, rien de tel que d'organiser des jeux du cirque et, comme les esclaves sont toutes belles à se damner, le gouverneur se prend dans l'idée de les faire se battre dans l'arène, deux milles ans avant les combats "diva" du catch américain. Bref, que le spectacle commence!

A partir de là, tout se déroule comme prévu: le cirque est en bois, les figurants sont rares mais les demoiselles en petite jupette (des anciennes de Playboy) ne perdent pas une occasion de montrer leurs seins, à la grande joie du réalisateur Timur Bekmambetov (oufti!), lequel additionne les désormais célèbres "plans nichons". A côté de ces nymphettes peu farouches, quelques acteurs bis cabotins sans doute recalés sur les productions plus prestigieuses pour "délits de sale gueule", ne se gênent pas pour surjouer avec une bonne volonté qui force l'admiration.

Avec son scénario simpliste mais relativement agréable, son érotisme gentil (du topless le plus souvent) mais généreux et ses quelques scènes sanglantes, THE ARENA, bercé par une musique bien rock anachronique (une influence de CHEVALIER ou une simple tentative de toucher un public jeune?) constitue un divertissement plutôt soigné. En dépit d'un budget riquiqui, l'ensemble ne parait pas trop pauvre, la mise en scène est correcte et - incroyablement - les personnages sont légèrement plus développés que de coutume.

Les combats sont, eux aussi, assez divertissants et THE ARENA offre finalement à ses spectateurs ce qu'ils sont venus chercher: des combats de filles superbes dans une arène. Nous sommes loin d'un chef d'œuvre mais, au moins, il s'agit d'un sympathique divertissement qui parvient à ne jamais se montrer ennuyeux. Et c'est déjà pas mal!

Fred Pizzoferrato - Février 2007