LA BÊTE DE LA CAVERNE HANTEE
Titre: The Beast from Haunted Cave
Réalisateur: Monte Hellman
Interprètes: Michael Foster

 

Sheila Carol Noonan
Frank Wolf
Richard Sinatra
 
 
 
Année: 1959
Genre: Science-fiction / Epouvante
Pays: USA
Editeur Bach Films


Critique:

Un petit groupe de cambrioleurs provoque l'explosion d'une mine afin de distraire l'attention de la police durant un vol. Ils se cachent ensuite dans un repaire de montagnes en compagnie d'un instructeur de ski, ignorant qu'ils ont réveillé un monstre sanguinaire.

Ce petit film constitue la première réalisation de Monte Hellman, lequel se montrera bien plus inspiré ultérieurement. Ici, la routine domine, l'ensemble étant un simple monster movie comme Roger Corman en produisit des tonnes pendant une quinzaine d'années. Le scénario, signé Charles Griffith, fait ce qu'il peut pour maintenir l'intérêt mais l'intrigue n'est tout simplement pas suffisamment développée pour tenir la distance.

L'idée de mélanger les clichés du film noir (le gangster décidé, la secrétaire alcoolique, les aides de camp apeurés et le héros involontaire) à la S-F fauchée mâtinée d'épouvante semblait pourtant séduisante. Malheureusement, les incohérences et autres invraisemblances sont trop nombreuses, d'autant qu'on remarque d'importants trous dans le scénario. Bref, le mélange ne prend pas et le soufflé retombe. Pour ne rien arranger, le film paraît longuet et peu passionnant, les nombreuses discussions n'arrangeant rien. Rarement aura-t-on vu autant de parlottes inutiles dans un quickie de cette époque. Quelques traits d'humour plus ou moins volontaires tentent de faire passer la pilule mais sans grand succès.

Au niveau de l'interprétation, Sheila Carol se défend dans le rôle de Gypsy Boulet (rires!) et on remarque également un certain Richard Sinatra, neveu de Frank. Le reste de la distribution livre des performances allant du correct au médiocre mais se situe dans la moyenne des productions fauchées des fifties. Si les personnages eux-mêmes sont, pour leur part, un poil plus développé que de coutume, leur "psychologie" ne va quand même pas très loin. Heureusement, l'important est ailleurs. Hélas, le monstre intervient très peu et l'ennui gagne le spectateur, forcé d'assister à de longues discussions dans une cabane. Une confrontation qui tient du KEY LARGO du pauvre mais ne parvient pas à nous enthousiasmer.

Reste un final impressionnant et très effectif compte tenu de l'âge du métrage. Situées dans une grotte, les dix dernières minutes sont réussies et arriveraient presque à filer un petit frisson aux plus réceptifs. Si le monstre n'est pas très convaincant, il est cependant original. Lorsqu'il emprisonne ses victimes dans d'horribles cocons, les gardant vivantes pour une consommation ultérieure, impossible de ne pas songer à ALIEN.

En résumé, voici une curiosité un peu longuette et ennuyeuse mais qui garde un certain intérêt pour les fans inconditionnels de monster-movies fauchés, lesquels peuvent y jeter un oeil curieux sans toutefois en attendre davantage qu'une petite série Z vite emballée.

Fred Pizzoferrato - Novembre 2007