BLACK RITUALS OF SATANIC SEX CULTS
Titre: Black Rituals of the Satanic Sex Cults
Réalisateur: Inconnu
Interprètes: Inconnu

 

 
 
 
 
 
 
Année: Inconnu (seventies)
Genre: Porno / Tortures
Pays:  
Editeur Alpha Blue
Critique:

BLACK RITUALS OF SATANIC SEX CULTS est un métrage compilation regroupant une série de « loops » datant des seventies et sorti dans la collection « Sadistic Seventies » par la firme spécialisée Alpha Blue. Les loops, pour rappel, sont des cours-métrages pornographiques dénués de tout scénario et réduits à une trame prétexte permettant d’aller droit à l’essentiel, à savoir, généralement, une longue scène hard d’une quinzaine de minutes.

L’engouement très médiatisé pour le satanisme au début des années 70 ne pouvait que croiser le monde de la pornographie et une série de long-métrages furent produits par l’industrie du X, les plus fameux étant sans doute L’ENFER POUR MISS JONES et le bien glauque DEVIL INSIDE HER. Cette compilation revient aux sources du hard satanique via une suite de courts métrages muets et à peine scénarisés.

Le premier nous présente deux jeunes filles emmenées dans un étrange donjon par une bande de satanistes d’opérette. Tortures, chaines, fouets,…la panoplie du sadomasochisme (relativement soft) est de sortie. La séquence suivante nous présente une demoiselle pendue la tête en bas soumise à diverses dégradations alors qu’un homme est violemment fouetté. Pas de dialogues, juste une suite d’images de mauvaise qualité sur un fond musical rock.

Le court suivant, « Witch Sabbath », prend place dans au cours d’un sabbat de sorcière et dévie rapidement vers une pornographie très classique. Le quatrième segment donne dans le bondage et se termine de façon originale pour la jeune femme violentée qui se retrouve enfermée dans un cercueil. Ensuite, place à de nouveau rituels magico-sexuels assez traditionnels, cette fois sur un fond musical lancinant, répétitif et quasiment tribal.

Changement radical pour le court « Fuck For Peace » (!), lequel se voit doté d’un embryon de scénario et surtout de dialogues ! Un Lucifer libidineux apparaît à la belle Laura et lui enjoint de se déshabiller et de se caresser d’une voix de maniaque (« Spread your legs for Lucifer ») avant que le mari, surpris, ne se lance dans la danse. Très classique et plutôt gentillet, le segment est rehaussé par une musique déstructurée franchement stressante et les commentaires du Diable en personne qui lui confèrent une atmosphère quasiment angoissante. Bien bizarre, donc !

Le segment suivant s’avère par contre plus classiquement érotique mais se montre plaisant. Prêtre satanique, autel de sacrifice, pièce obscure éclairée par des chandeliers, lamentations et psalmodies (« Heil Satan ! »)…Rapidement tous les protagonistes de la messe noire se retrouvent à poil et se lancent dans une orgie sympathique.

Le « sketch » suivant reste dans la même tonalité, excepté une utilisation différente d’une bougie. Sinon ces quelques minutes s’inscrivent dans une tradition de porno à l’ancienne assez bien ficelées et sans aucune prétention. Un passage classique incluant deux demoiselles et un jeune homme amusé suit et demeure tout aussi distrayant. Enfin, l’ultime segment se déroule dans une pièce emplie de femme nue alors qu’un comte Dracula d’opérette dirige une cérémonie de mariage païenne. Le tout ne dure qu’une poignée de minutes et se termine avant d’avoir vraiment commencé. Frustrant !

BLACK RITUALS OF SATANIC SEX CULTS se poursuit par une série d’images photographiques plus ou moins extrêmes défilant durant une dizaine de minutes sur une musique minimaliste, tribale et répétitive. Suivent encore quelques bandes annonces explicites (et parfois rigolotes) pour DEVIL INSIDE HER, ANGEL ABOVE AND DEVIL BELOW,… L’accompagnement musical de BLACK RITUALS OF SATANIC SEX CULTS se révèle d’ailleus plutôt convaincant. Rock garage de la grande époque, punk furieux, heavy metal, rock hypnotique, expérimentations bruitistes, progressives ou tribales,…le choix s’avère de qualité, dommage qu’aucun crédits ne soit donnés, tous ces morceaux de groupes obscures sont dans l’ensemble réussis et changent agréablement des tchic tchac pseudo électro (nique) de rigueur dans le hard actuel. Ces musiques confèrent un véritable cachet à cette production, lui donnant un style rétro des plus sympathiques allant de pair avec les images rayées et usées. Bref, le genre de productions qui ne demanderaient qu’un « Approuvé par Tarentino » sur la jaquette pour se voir redécouverte par le public !

Dans l’ensemble, BLACK RITUALS OF THE SATANIC SEX CULTS ne peut pas être considéré comme un bon film (ce n’en est d’ailleurs pas un au sens strict puisqu’il s’agit d’une collection disparate de loops d’intérêt variable) mais le mélange – finalement plus innocent que blasphémateur – de sexe rétro, de sadisme modéré, de musique bruyante et de satanisme pour rire rend le tout assez fascinant. Le tout se rapproche d’un long clip assez distrayant même si il vaut mieux regarder tout ça par fragment au risque de frôler la saturation. Et savoir que les deux heures et dix minutes de spectacle proposé sont finalement plus curieuses et étonnantes qu’excitantes.

Fred Pizzoferrato - Juin 2009