BLOODFIST V: HUMAN TARGET
Titre: Bloodfist V: Human Target
Réalisateur: Jeff Yonis
Interprètes: Don 'The Dragon' Wilson

 

Denice Duff
Steve James
Andy Bolliger
Art Camacho
Kelly Jones Gabriele
 
Année: 1994
Genre: Action / Arts Martiaux
Pays: USA
Editeur
Critique:

Encore un nouveau personnage pour Don The Dragon Wilson, ici empêtré dans une guerre des gangs et incapable de savoir pour quel camp il combat. Ecrit et dirigé par Jeff Yonis (ensuite responsable du remake télévisuel de HUMANOIDS FROM THE DEEPS) cette aventure débute par le flingage de Jim Stanton (Wilson), lequel se réveille amnésique à l’hôpital. Une femme, Michelle, débarque et se prétend son épouse tandis que des gangsters asiatiques déboulent pour le tuer.

Le couple s’enfuit mais Jim découvre que Michelle est en réalité une prostituée engagée par son proxénète (joué par Steve James juste avant son décès prématuré). Ensuite chacun révèle sa vraie nature: Jim est un ex-criminel ramené dans le droit chemin, Michelle travaille pour le gouvernement et les méchants sont en réalité des agents de la NSA qui jouent double-jeu. On finit d’ailleurs par s’y perdre mais l’important est ailleurs : The Dragon lève la jambe et cogne dur !

Desservi par un scénario trop complexe et brouillon pour ce type de produit calibré (on s’égare rapidement dans les twists et autres retournements de veste), BLOODFIST 5 ne compense malheureusement pas cette faiblesse par ses scènes d’action, pour la plupart potables mais guères excitantes.

Les chorégraphies manquent ainsi de punch et l’usage excessif du ralenti échoue à leur conférer le dynamisme espéré. Don The Dragon Wilson assure cependant le spectacle et offre quelques jolis mouvements martiaux tandis que la présence de Steve James (surtout connu pour sa prestation dans les AMERICAN WARRIOR) constitue une plus-value indéniable. Denise Duff (vue dans les quatre SUBSPECIES) apporte de son côté le charme et le soupçon d’érotisme indissociable de ce genre de série B de consommation courante.

Malgré cette distribution sympathique, le film reste médiocre: le script inutilement embrouillé et le manque patent d’action le rendent tout simplement languissant et ennuyeux. Un faux pas pour une saga jusqu’ici passable.

Fred Pizzoferrato - Septembre 2015