BLOODSPORT II
Titre: Bloodsport 2: The Next Kumite
Réalisateur: Alan Mehrez
Interprètes: Daniel Bernhardt

 

Pat Morita
Donald Gibb
James Hong
Philip Tan
Lori Lynn Dickerson
Ong Soo Han
Année: 1996
Genre: Arts martiaux
Pays: USA
Editeur  
Critique:

ros succès ayant révélé Van Damme, BLOODSPORT atteignit rapidement un statut « culte » pour les amateurs d’actions et de bastons. Une suite se devait dès lors d’être rapidement tournée afin d’exploiter le potentiel d’une franchise en devenir. Toutefois « Mr Muscles from Brussels » déclara forfait, tout comme Bolo Yeung, Forrest Whitaker et l’ensemble du casting du premier opus à l’exception de Donald Gibb.

Pour palier à ses défections à répétitions, les producteurs de BLOODSPORT 2 se tournent alors vers le débutant Daniel Bernhardt chargé de camper le nouveau héros (il reviendra dans BLOODSPORT 3 puis dans BLOODSPORT 4 mais dans un rôle différent) et Pat Morita, encore auréolé de gloire pour son interprétation du vieux sage maitre Miyagi dans la tétralogie KARATE KID. A leurs côtés, le métrage invite quelques vétérans asiatiques comme James Hong (LES AVENTURES DE JACK BURTON) et Philip Tan (L’ARME FATALE IV).

Dans cette suite indirecte, Alex Cardo (Daniel Bernhardt), un voleur de haut vol, échoue en prison où un prisonnier lui enseigne de redoutables techniques martiales. Le but de l’opération est de permettre à Cardo de reprendre possession d’un sabre dérobé à David Leung (Pat Morita) et qui servira de grand prix lors d’une dangereuse compétition d’arts martiaux dénommée le Kumité.

Davantage un remake déguisé du premier opus qu’une authentique séquelle, BLOODSPORT 2 décalque joyeusement l’intrigue de son prédécesseur et se révèle donc terriblement linéaire dans son déroulement. Heureusement, quelques idées intéressantes (quoique loin d’être neuves) émergent, notamment toute la partie d’apprentissage située en prison.

En dépit d’une sortie en salles limitée (aux USA), BLOODSPORT 2 possède un indéniable parfum « direct to vidéo » et révèle clairement sa nature de produit d’exploitation confectionné dans l’urgence et sans aucune réflexion dans l’unique but de grappiller quelques dollars aux amateurs du classique de Van Damme. Cette manière de procédé très opportuniste garantit néanmoins une seconde partie mouvementée dans laquelle le cinéaste multiplie les combats variablement réussis mais, dans l’ensemble, corrects pour ce type de petits budgets de consommation courante.

Adoptant le principe d’un tournoi en « mixed martial arts », BLOODSPORT 2 présente divers combattants ayant chacun un style spécifique et bien reconnaissable, ce qui rend les duels variés, intéressants et globalement efficaces. De son côté, le sympathique Donald Gibb assure le minimum de continuité nécessaire pour rendre le film légitime auprès des fans du premier opus et son personnage, assez attachant, délivre suffisamment de répliques humoristiques pour rendre le tout distrayant.

Dans l’ensemble, BLOODSPORT 2 reste sympathique : certains éléments sont objectivement réussis (les combats sont nerveux, la musique énergique, les acteurs globalement plaisants pour ce type de production, l’humour fonctionne) et d’autres sont ratés mais atteignent finalement la catégorie du « so bad it’s good » par leur côté excessif ou le manque de moyens dont dispose le cinéaste.

Loin de la réussite du premier film, BLOODSPORT 2 demeure une honnête série B pour les inconditionnels du cinéma martial…lesquels ont surement vu bien pire que cette séquelle divertissante dans les limites de ses modestes ambitions.

Fred Pizzoferrato - Janvier 2015