LE JOUR DES MORTS VIVANTS (2008)
Titre: Day of the Dead 2008
Réalisateur: Steve Miner
Interprètes: Mena Suvari

 

Michael Welch
Christa Campbell
Nick Cannon
Laura Giosh
 
 
Année: 2008
Genre: Horreur
Pays:  
Editeur  

Critique:

Après la sortie en 2004 du remake très réussi de ZOMBIE (ayant d'ailleurs récolté un grand succès) il semblait logique que de petits malins décident d'exploiter le fond de catalogue de George A. Romero. Après les épisodes 4 et 5 du RETOUR DES MORTS VIVANTS et la version 3-D de LA NUIT DES MORTS VIVANTS, le fond avait été atteint avec le navrant JOUR DES MORTS VIVANTS 2.

On n'espérait donc logiquement pas grand-chose de ce pseudo remake emballé par Steve Miner, autrefois petit espoir du genre (le troisième VENDREDI 13 était sympathique et son HOUSE plutôt efficace) ayant ensuite poursuivi une carrière en demi-teinte, alternant les petites réussites (HALLOWEEN H20, voire même LAKE PLACID) et les gros ratages avant de se consacrer presque exclusivement à la télévision. Le retour de Steve Miner sur un projet plus ambitieux (le remake d'un chef d'œuvre de l'horreur eighties!) laissait pourtant présager d'un film au minimum divertissant. Malheureusement, le spectateur déchante très vite, dès la première séquence en fait.

Un film d'horreur débutant par une scène de sexe au milieu des chandelles dans une masure perdue au fond des bois (de Bulgarie, la où la vie - et le cinéma - est "pas cher mon frère"!) annonce immédiatement la couleur: du cliché, du prévisible et quelques arguments vendeurs à destination des adolescents, à savoir des jeunes demoiselles sexy, du sang et de la grosse musique. Car, bien sûr, il est inutile de chercher dans LE JOUR DES MORTS VIVANTS 2008 la plus petite portée politique, la moindre connotation sociale ou la plus minime critique de la société américaine. Non, Steve Miner donne dans le gros bis pour teenagers, lesquels se goinfreront de pop-corn et feront tourner le joint en attendant les scènes gore promises.

L'argument du film est simple: un projet gouvernemental échappe à tout contrôle et crée une armée de zombies féroces plus rapides que des athlètes dopés aux stéroïdes. Une poignée de jeunes adeptes de la punchline et du démastiquage de morts vivants à la mitrailleuse va donc tenter de limiter l'invasion avec l'aide d'une jeune soldate plutôt séduisante. Sur le papier, le métrage ne paraît pas plus mauvais qu'un autre, même si l'intrigue se rapproche davantage d'une préquelle à LA NUIT DES MORTS VIVANTS ou d'un énième décalque de 28 JOURS PLUS TARD que d'un véritable remake du classique de Romero.

Hélas, LE JOUR DES MORTS VIVANTS 2008 ne tient pas la distance et ne parvient même pas à offrir aux spectateurs un divertissement correct. La bêtise générale laisse d'ailleurs souvent songeur, d'autant que Steve Miner ne recule devant aucune absurdité et invente carrément le premier zombie végétarien de l'histoire du cinéma. Dans son ensemble, l'intrigue progresse de toutes façons n'importe comment, dans le seul but de garder un rythme alerte (n'oublions pas que cela s'adresse aux jeunes, il faut donc que ça bouge tout le temps et que, surtout, ils n'aient pas le temps de s'ennuyer avec des considérations philosophiques ou des dialogues consistants) et de mener les personnages vers leur destination pour un final complètement à côté de la plaque et encore plus affreux que le reste. Les invraisemblances se multiplient donc, les personnages (disons plutôt les silhouettes sans consistance!) agissent généralement en dépit du plus élémentaire bon sens et certains passages repoussent les limites de l'acceptable en terme d'idées de scénario idiotes.

Sans doute conscient de la stupidité totale du projet Steve Miner tente d'injecter un minimum d'humour et de second degré dans son métrage. A savoir que, dans la grande tradition initiée par SCREAM, les personnages s'arrêtent parfois d'agir bêtement, discutent une minute du fait d'agir bêtement et…finissent par agir bêtement quand même. Les fans de Jean-Marie Bigard retrouveront avec plaisir les pires clichés du genre, dont l'inévitable "on va faire deux groupes de Un" alors que les zombies attaquent nos héros par tous les côtés. Une poignée de scènes gore en images de synthèse ne sauve pas les meubles mais confère un tout petit intérêt à ce produit bâclé qui tente maladroitement de capitaliser sur un titre porteur.

En résumé, LE JOUR DES MORTS VIVANTS 2008 est un ratage, certes techniquement réalisé de manière acceptable (donc un peu mieux que LE JOUR DES MORTS VIVANTS 2 par exemple) mais totalement inutile et franchement ridicule.

Fred Pizzoferrato - Mars 2008