EXPOSE (TRAUMA)
Titre: The House On Straw Hill / Exposé
Réalisateur: James Kenelm Clarke
Interprètes: Udo Kier

 

Linda Hayden
Fiona Richmond
Vic Armstrong
 
 
 
Année: 1975
Genre: Thriller / Erotique / Rape And Revenge / Video Nasty
Pays: Grande Bretagne
Editeur Bach Films
3 /6
Critique:

Le romancier Paul Martin s'isole dans une maison de campagne afin d'écrire son second roman. Le premier a été un best-seller et l'a rendu riche mais il ne parvient pas à lui donner une suite convenable, d'autant que la pression de son éditeur se fait sentir. Pour l'aider, il engage ne jeune et jolie secrétaire, Linda.

Etrange destin que celui de Exposé puisqu'il fut interdit vingt ans durant en Angleterre et figura sur la fameuse liste des video-nasties, aux cotés de titres nettement plus corsés à la thématique similaire comme LAST HOUSE ON THE LEFT ou I SPIT ON YOUR GRAVE. Le rape and revenge était alors un sous-genre à la mode mais les frileux censeurs anglais ne furent jamais tendres avec lui, n'hésitant pas à couper joyeusement dans le moindre métrage abordant, de près ou de loin, cette thématique. Ici, comme dans LES CHIENS DE PAILLE, le viol et la vengeance ne sont qu'un élément parmi d'autres, une séquence d'ailleurs trop rapidement expédiée pour ne pas décevoir les (a)mateurs. Car, fondamentalement, EXPOSE est un sexy thriller à l'atmosphère envoûtante et vénéneuse. Il fonctionne en vase clos, respectant une unité de temps, de lieu et d'action digne du théâtre classique et repose sur un beau trio d'acteurs, à savoir Udo Kier, Linda Hayden et Fiona Richmond.

Udo Kier, tout d'abord, est un acteur véritablement doué et inspiré, une sorte de star underground autrefois dans la mouvance des protégés d'Andy Warhol. Il fut ainsi tour à tour le prince des vampires et le baron dans, respectivement, DU SANG POUR DRACULA et CHAIR POUR FRANKENSTEIN, deux films cultes bien frappés, gore et érotique, co-produits par Andy Warhol et Jean Yanne au milieu des seventies. On le retrouve ensuite au générique de SUSPIRIA et BLADE, pour citer ses métrages les plus emblématiques et réussis. Dans EXPOSE il joue un écrivain psychologiquement fragile, hanté par des rêves et des hallucinations érotico morbides, profondément misanthrope et capable d'une brutalité insoupçonnable.

Linda Hayden, icône blonde et sexy du début des seventies a débuté, à peine majeure, dans BABY LOVE, avant d'enchaîner quelques titres intéressants comme MADHOUSE, LA NUIT DES MALEFICES, TERREUR DANS LA NUIT et surtout UNE MESSE POUR DRACULA, sans doute son rôle le plus fameux auprès des cinéphiles. Elle est ici la secrétaire sexy, qui trimballe dans sa valise un vibromasseur et un grand couteau de boucher.

Fiona Richmond, enfin, est une spécialiste de la comédie érotique, un genre en vogue au début des années 70. Elle joue l'épouse de l'écrivain, Suzanne, laquelle n'intervient qu'au milieu de l'intrigue. Avec ce trio d'acteurs bien rodés et sa réputation extrême (conséquence de sa longue interdiction et de son classement nasty), EXPOSE arrive finalement en DVD et nous permet de passer un bon moment même si, tant au niveau de l'érotisme que (surtout!) de la violence, l'ensemble n'est pas vraiment à la hauteur de nos espérances. En effet, EXPOSE est bien davantage un thriller dramatique, au rythme lent et aux lourds sous-entendus. Evidemment, il ne faut pas être devin pour imaginer où le scénariste veut nous mener, les indices distillés étant souvent évocateurs. N'empêche que l'on suit la progression de l'intrigue avec plaisir, le cinéaste menant efficacement sa barque jusqu'au dénouement attendu. Là se situe sans doute, malheureusement, le plus gros défauts de ce métrage: le final, précipité et invraisemblable, ne se montre franchement pas à la hauteur du reste et sombre même dans le ridicule. Fort dommage!

Au niveau de l'érotisme, Linda Hayden donne de sa personne et ne nous cache pas grand-chose de son corps. Elle passe d'ailleurs une partie du métrage à se masturber, que ce soit dans sa chambre ou dans les prés. Signalons d'ailleurs une remarque amusante, en partie escamotée par la traduction française, sinon excellente: Udo Kier lui reproche de n'être pas descendue plus rapidement à son appel et la jeune femme (fort occupée à se donner du plaisir quelques minutes auparavant) réplique qu'elle a été, en effet, "longue à venir" (le verbe to come ayant évidemment un double sens plus sexuellement connoté que son équivalent français).

Fiona Richmond n'est pas non plus avare de ses charmes et, à la grande joie des voyeurs, les deux sexy stars féminines finissent logiquement le même lit. Seul Udo Kier garde son pantalon dans les scènes d'amour, ce qui ne fait pas très sérieux… Dans l'ensemble, les passages chauds sont donc intéressants, même si sobres et de bon goût. C'est surtout la violence qui risque de décevoir le spectateur appâté par l'appellation video-nasty. On ne peut pas dire que EXPOSE soit gore, loin de là!!!

Entre thriller, angoisse, drame et érotisme, EXPOSE a parfois un peu de mal à trouver sa voie mais il propose néanmoins un spectacle intéressant et agréable à regarder. On ne s'ennuie donc pas et, pour peut que l'on fasse l'effort de se laisser porter par ce climat de lourd secret, de tension larvée et de violences mal contenues, on peut même trouver le tout assez réussi.

Fred Pizzoferrato - Mars 2007