FLESH GORDON 2: LE RETOUR DE FLESH GORDON
Titre: Flesh Gordon 2 / Flesh Gordon Meets the Cosmic Cheerleaders
Réalisateur: Howard Ziehm
Interprètes: Vince Murdocco

 

Robyn Kelly
Tony Travis
William Dennis Hunt
Morgan Fox
 
 
Année: 1989
Genre: Comédie érotique / Science-fiction
Pays: USA
Editeur  
Critique:

LE RETOUR DE FLESH GORDON est la séquelle, évidemment, du classique cul(te) des seventies. Quinze ans ayant passés les acteurs ne sont plus les mêmes et, si les précédents étaient amusants par leur cabotinage outrancier, les nouveaux venus sont carrément mauvais, peu aidés il est vrai par un doublage catastrophique.

Mais quel est donc l'argument de ce retour attendu (annoncée depuis des années, cette suite devait à l'origine offrir un rôle important à Brigitte Lahaie) par les fans d'humour débile? Tout débute par l'atterrissage peu convaincant de la "phallusée" (le vaisseau de Flesh) sur une planète hantée par un monstre très mal animé. Mais tout cela n'est qu'un film, et Flesh quitte le plateau tandis que Dale Ardor le renverse avec sa voiture. Heureusement, les majorettes de l'espace du groupe révolutionnaire B.A.I.S.E. l'enlève afin de repeupler leur planète, frappée par les radiations d'impuissance. Dale ne l'entend pas de cette oreille et part à la recherche du professeur E. Jakul.

Ensuite, le duo quitte la terre à la recherche de l'Etrange Planète. Ils traversent la déconosphère et affrontent les cul-térroïdes péteurs alors que Flesh est soumis aux caprices pervers des nymphomanes galactiques, frustrées depuis trop longtemps. La Présence Maléfique a en effet soumis la population de la planète à l'impuissance afin de battre l'équipe de baise-ball de l'Etrange Planète. Le sport national étant une sorte de base-ball qui se joue non pas avec une batte mais bien avec la bite. Rire gras garantis! Dale est finalement capturée par la Présence Maléfique qui décide de la geler avec l'aide de la Reine Frigid mais Dale est "si chaude la salope qu'elle fait fondre la glace". Pendant ce temps Flesh et E. Jakul, dans leur vaisseau fonctionnant à l'énergie sexuelle de poulets (inépuisable!) affrontent divers dangers (des zobs géants, un alien gay, etc.).

Dale, elle, est soumise aux diverses tortures du terrible Master Bator, dont la célèbre pieuvre lécheuse de chatte. De leur côté, Flesh et son ami médecin échappent aux Hommes de Merde (il faut le voir pour le croire, toute tentative de description reste vouée à l'échec!) de Diarrhée et arrivent finalement dans le repère du méchant, lequel est bien - chacun l'avait deviné - le terrible Wang le Perverti, dit Sa Protubérance…

A ce résumé, certains pourraient penser que le film est drôle. Débile, uniquement orienté vers les gags scatos et sexuels de cours de récré mais drôle! Comme le premier FLESH GORDON! Or ce n'est pas le cas. Ce deuxième volet s'avère mal fichu à tous les niveaux. Où sont les créatures amoureusement animées images par images? On en retrouve quelques unes mais animées avec les pieds et intégrées dans le métrage de manière horrible. Où sont les jolies filles dévêtues? Aucune n'enlèvera son string! Où est le scénario détournant fidèlement l'intrigue de la bande dessinée? Remplacé par une accumulation indigeste de gags lourdingues. L'intrigue, d'ailleurs, ouvre différentes pistes (comme la mise en abyme du début qui révèle que Flesh est un simple acteur et non pas un authentique super-héros) qui finissent en cul de sac.

Vu l'évolution des effets spéciaux en quinze ans, il est vraiment regrettable que les trucages de cette suite soient à ce point bâclés. Pour tout dire, les SFX sont largement moins réussis que ceux de l'original qui bénéficiait, il est vrai, des talents conjugués de David Allen, Jim Danforth et Rick Baker! Et la mise en scène ultra plate et sans dynamisme de Howard Ziehm, coutumier du porno, ne sauve pas les meubles.

En bref, rien ne fonctionne dans ce pitoyable RETOUR DE FLESH GORDON! Avec un budget ridicule et une imagination proche du néant (mettre des objets de forme phallique partout n'étant pas spécialement amusant!), l'ensemble apparaît finalement comme une sorte de sous-Troma (si, si, c'est possible!) lourd, plat, vulgaire et sans intérêt: pratiquement irregardable! La débandade!

Le DVD ne nous propose en guise de bonus que le premier film (FLESH GORDON), infiniment plus réussi. La version française imposée n'arrange pas les choses, les doubleurs étant manifestement peu concernés et les nombreux jeux de mots et autres références sexuelles difficile à traduire.

Cette édition paraît donc un peu bâclée mais le film ne méritait sans doute pas un traitement de faveur. Heureusement, le digipack est joli, c'est déjà ça!

Fred Pizzoferrato - Février 2008