FRISSONS D'OUTRE TOMBE
Titre: From Beyond the grave
Réalisateur: Kevin Connor
Interprètes: Peter Cushing

 

Donald Pleasance
David Warner
Angela Pleasance
Margaret Leighton
 
 
Année: 1973
Genre: Films à sketches / Horreur
Pays: Grande-Bretagne
Editeur  
Critique:

La firme Amicus tenta, à la fin des années 60 et au début de la décennie suivante, de rivaliser avec les maîtres de l'épouvante anglaise, la Hammer mais, au lieu de revisiter les classiques comme sa concurrente, Amicus se spécialisa, pour sa part, dans le filon du "film à sketches".

Dans ce genre bâtard, elle livra une série d'anthologies inégales qui comprenant, le plus souvent, quatre ou cinq histoires basées sur des nouvelles horrifiques d’auteurs réputés. FRISSONS D'OUTRE TOMBE constitue leur septième long-métrage basé sur ce procédé, après quelques réussites comme LE JARDIN DES TORTURES, LE TRAIN DES EPOUVANTES, HISTOIRE D'OUTRE TOMBE et ASYLUM.

Cette fois, la firme adapte des contes de R. Chetwynd-Hayes (auteur de plus de 200 nouvelles - dont certaines seront plus tard reprises dans une autre anthologie horrifique, le moyen THE MONSTER CLUB - et d'une douzaine de romans) et lie les différents récits par des intermèdes situés dans un étrange magasin d'antiquités ("Les Tentations") tenu par Peter Cushing. Sur le modèle du personnage central du futur roman de Stephen King "Bazaar", le vieil antiquaire, qui semble le Diable incarné, offre à ses clients des objets maléfiques qu'ils ne peuvent refuser.

Le premier sketch reprend l'idée bien connue du miroir maudit abritant un être vampirique ayant besoin de sang pour revenir dans le monde des vivants. Le second récit fait intervenir une jeune fille un peu simple d'esprit et son père, prêt à aider par la magie noire un ancien soldat maltraité par son épouse. La troisième histoire, plus humoristique, conte les malheurs d'un couple terrorisé par un démon invisible et à qui une voyante vient prêter main forte. Enfin, le dernier segment concerne une porte qui conduit vers une pièce secrète, surgie du fond des âges, abritant un homme sanguinaire.

Le réalisateur de ces FRISSONS D'OUTRE TOMBE, Kevin Connor, signait là son premier long-métrage et devait, ensuite, obtenir une certaine reconnaissance critique et publique avec un trio d'oeuvrettes sympathiques inspirées par Edgar Rice Burroughs (LE CONTINENT OUBLIE, LE SIXIEME CONTINENT, CENTRE TERRE SEPTIEME CONTINENT) auquel on ajoutera le similaire LES 7 CITES D'ATLANTIS et l'excellente parodie gore NUIT DE CAUCHEMAR. Malheureusement, la suite de sa carrière se décline essentiellement pour la télévision, même si il revint aux grands écrans avec un biopic consacré à MERE THERESA.

Si ce premier essai possède d’intéressantes qualités, les intrigues développées ne sont, hélas, pas franchement originales. Un sentiment de déjà vu s’installe par conséquent durant la projection mais l'humour noir, bien amené, fonctionne la plupart du temps et sauve en partie les meubles. Comme toujours dans ce type d'anthologie, les segments sont de qualité inégale mais, ici, ils se situent cependant dans une honnête moyenne.

Le premier sketch, sans doute un peu faible et prévisible, n’est guère marquant mais le second se révèle efficace et prenant tandis que le troisième, essentiellement axé sur l'humour, constitue un agréable divertissement horrifique. Le dernier volet possède, pour sa part, un beau travail sur les éclairages et les décors, très perceptible lors de la chute finale (au propre comme au figuré), particulièrement réussie, qui rappellera aux cinéphiles le cycle de Roger Corman consacré aux écrits d'Edgar Poe. Le casting rassemblé comprend, évidemment, quelques visages connus de l'épouvante comme l'inévitable Peter Cushing, dans le rôle du maître de cérémonie, mais également Donald Pleasance et David Warner. Du beau monde pour un spectacle soigné et stylé, typique du cinéma d'épouvante anglais de cette époque, qui marque la fin d’un certain âge d’or avant la déferlante plus brutale symbolisée par les nettement plus explicite L4EXORCISTE, MASSACRE A LA TRONCONNEUSE et autre LA COLLINE A DES YEUX.

Dans l'ensemble, FRISSONS D'OUTRE TOMBE constitue une sympathique collection de récits fantastiques qui prouvent qu'il est (était?) possible d'offrir un cinéma horrifique de qualité sans recourir à la grosse artillerie ni aux effets sanglantes à outrance, à condition de pouvoir s’appuyer sur des intrigues solides, des comédiens confirmés et un réalisateur au minimum concerné.

Quoique le film n'innove aucunement (y compris dans sa pirouette finale, à vrai dire très attendue), il trouve naturellement sa place aux côtés des autres réussites du film à sketches de la Amicus, et en particulier des excellents HISTOIRES D'OUTRE TOMBE et ASYLUM. Ces FRISSONS D’OUTRE TOMBE sont donc largement recommandé pour les nostalgiques de cette époque révolue et les amateurs de films à sketches.

 

Fred Pizzoferrato - Novembre 2013