FROM BEYOND - DE L'AU-DELA (Director's Cut)
Titre: H.P. Lovecraft's From Beyond (Director's Cut)
Réalisateur: Stuart Gordon
Interprètes: Jeffrey Combs

 

Barbara Crampton
Ken Foree
Ted Sorel
Carolyn Purdy-Gordon
Bunny Summers
 
Année: 1986
Genre: Horreur / Science-Fiction
Pays: USA
Editeur  


Critique:

FROM BEYOND est sorti à peine un an après la réussite exceptionnelle de RE-ANIMATOR, dans le but avoué d'offrir un nouveau classique de l'horreur. La même équipe se retrouvait donc aux commandes: le metteur en scène Stuart Gordon et le producteur Brian Yuzna, sous les bonnes grâces (et les capitaux) d'Empire, la firme de Charles Band. Jeffrey Combs et Barbara Crampton s'octroyaient à nouveau les rôles principaux et l'inspiration provenait à nouveau d'une (courte) nouvelle de Lovecraft.

Sans atteindre le niveau de RE-ANIMATOR, le résultat, souvent mésestimé, offre pourtant à l'amateur un divertissement plaisant et rarement ennuyeux. Si RE-ANIMATOR adaptait fidèlement la nouvelle homonyme de Lovecraft, ce FROM BEYOND doit, par contre, construire toute son intrigue à partir du climax d'un court récit d'ambiance du reclus de Providence, un peu à la manière des adaptations de Poe par Corman qui ne retenait de l'écrivain qu'une ou deux idées et brodaient à l'envi sur un thème donné. Il faut avouer que le scénario n'est pas ici complètement maîtrisé mais qu'il s'avère néanmoins suffisamment original pour maintenir l'intérêt, la durée réduite (à peine plus d'une heure et vingt minutes) étant un avantage certain.

Le docteur Pretorius, un savant un peu fou (accessoirement amateur de chair fraîche et de sado-masochisme), travaille sur un "résonateur" capable de stimuler la glande pinéale, un organe dormant qui, selon certaines théories philosophiques, pourraient nous ouvrir les portes de la perception. Aidé de Crawford Tillinghast, son assistant, il réveille d'étranges créatures cachées dans l'éther qui nous entoure et passe dans un autre monde.

Accusé du crime, Tillinghast est alors interné et confié aux bons soins de la belle psychiatre Katherine McMichaels qui décide de donner sa chance aux propos de Tillinghast en recréant l'expérience ayant mal tourné. En compagnie du flic Bubba Brown, la belle demoiselle se lance dans la recherche scientifique appliquée et réveille surtout ses pulsions sexuelles assoupies, tombant sous la coupe de ses sens…Alors que notre Dr Pretorius, maintenant réduit à une créature gélatineuse et libidineuse, tente de revenir dans notre monde.

FROM BEYOND développe plutôt habilement son intrigue durant les cinquante premières minutes, offrant quelques vagues réflexions sur la nature humaine, sur la douleur et sur le plaisir, amenées avec une certaine efficacité sous le travestissement d'un film d'horreur bien gluant. L'érotisme est lui aussi bien présent, la superbe Barbara Crampton cédant rapidement à l'appel de la luxure pour se (dé)vêtir d'une panoplie cuir bondage avec string, porte jarretelle et corset serré.

Malheureusement la suite s'avère un peu décevante: toute la partie située dans l'hôpital n'est guère convaincante et se résume à l'évasion sanglante d'un Jeffrey Combs dévorant quelques personnes innocentes. Les scènes gore se suivent, efficaces mais peu utiles au développement de l'intrigue jusqu'à un final indubitablement décevant grevé par des invraisemblances criantes. Comment une psy évadée d'un asile parvient elle à retourner à la maison de Pretorius sans être inquiétée et surtout en se procurant des explosifs et un détonateur en pleine nuit? Nul ne le sait mais nous serrons forcé de l'accepter.

Les effets spéciaux, heureusement, sauvent souvent la mise quoique certains passages soient franchement ratés. Mais les effets psychédéliques, associés à des maquillages variablement réussis mais toujours franchement gluants et répugnants, sont suffisamment efficaces pour plonger dans une ambiance réellement lovecraftienne un public un tant soit peu réceptif.

Même si FROM BEYOND n'est pas pleinement réussi (il fut souvent défini comme "un grand film raté"), le rythme élevé, les situations étranges et excessives, associées avec un réel sens visuel en font une œuvre vivement conseillée pour les fans de science-fiction et d'horreur. Les nombreuses répliques mémorables qui le jalonnent l'on d'ailleurs pratiquement élevé au rang de cult-movie et l'ensemble demeure un divertissement de haut niveau.

Bref, FROM BEYOND n'est pas un chef d'œuvre mais cela reste une curiosité vivement recommandée qui a d'ailleurs plutôt bien traversé les années.

Fred Pizzoferrato - Décembre 2007