LE JEU DE LA MORT II
Titre: Game of death 2 / Tower of death / Si wang ta / The New Game of Death
Réalisateur: Ng See-yuen
Interprètes: Kim Tai Chung

 

Hwang Jang Lee
Bruce Lee (archive)
Roy Horan
Roy Chiao
Miranda Austin
Yuen Biao
Année: 1981
Genre: Bruceploitation
Pays: Hong Kong
Editeur HK Legends
Critique:

Tourné en 1981 par Ng See-yien, LE JEU DE LA MORT 2 débarque sur les écrans huit ans après le décès de son acteur principal, à savoir l’immense Bruce Lee. Présenté comme une séquelle de son dernier long-métrage inachevé, LE JEU DE LA MORT 2 n’entretient pourtant guère de lien avec le film de Robert Clouse, même si le doublage anglais affuble le personnage joué par Bruce Lee du même patronyme : Billy Lo.

L’intrigue, elle, part dans tous les sens et n’est pas franchement cohérente même si les nombreux combats maintiennent l’intérêt. Billy Lo (Bruce Lee et ses doublures) et son ami Chin Ku (Hwang Jang Lee) se sentent de plus en plus menacés et soupçonnent des inconnus de vouloir attenter à leur vie. Inquiet, Billy rend visite à son frère, Bobby (Kim Tai Chung), un jeune étudiant en kung-fu auquel il lègue son manuel de techniques martiales afin qu’il puisse perfectionner ses connaissances du Jet Kune Do. Peu après, Chin Ku est assassiné et Billy mène l’enquête, ce qui le conduit au Japon où il est victime d’une nouvelle agression. Durant les funérailles de Chin Ku, un hélicoptère s’empare du cercueil contenant le corps du défunt et Billy, qui tente de s’interposer, fait une chute mortelle. Apprenant la nouvelle, Bobby Lo décide de venger son frère et essaie de retrouver un certain Sherman, lequel pourrait connaitre l’identité des meurtriers. Les investigations de Bobby le conduisent au « Palais de la mort », où il rencontre un combattant à moitié cinglé, Lewis, qui aime défier des expert en kung-fu avant de livrer les vaincus à ses lions mangeurs d’homme. A la nuit tombée, une prostituée, envoyée par Lewis, tente de séduire Bobby et de le supprimer mais le jeune homme échappe à la mort. Il se met alors en quête d’un légendaire bâtiment souterrain, la Tour de la Mort, couverture d’un important trafic de drogue.

Ng See-yuen, né à Shanghai en 1944, est un producteur, scénariste et réalisateur bien connu et respecté dans le domaine du cinéma bis asiatique. Il débute sa carrière à la Shaw Brothers et participe, par exemple, au fameux THE CHINESE BOXER de Jimmy Wang Yu sur lequel il occupe le poste d’assistant réalisateur. En 1975, Ng See-yuen fonde sa propre compagnie, la Seasonal Film Corporation, et se spécialise dans la production de petits kung-fu nerveux comme le diptyque SECRET RIVALS. Il donne également sa chance à Jackie Chan qui accéde au vedettariat via les excellents LE CHINOIS SE DECHAINE et LE MAITRE CHINOIS, dirigés par Yuen Woo-ping.

Par la suite, Ng See-yuen produit de belles réussites comme le nerveux DANCE OF THE DRUNK MANTIS, le surprenant THE BUTTERFLY MURDERS (un des premiers Tsui Hark), le superbe LEGEND OF A FIGHTER et l’énergique NINJA IN THE DRAGON’s DEN. Il révèle également Jean-Claude Van Damme en lui offrant le rôle du « méchant » d’une sympathique bruceploitation des années ‘80, KARATE TIGER, dans laquelle nous retrouvons Kim Tai Chung et qui sera suivie de nombreuses séquelles.

Envisagé par Ng See-yuen comme une séquelle du film de Robert Clouse qui en aurait utilisé les chutes inutilisées comme ossature principale, LE JEU DE LA MORT 2 prend rapidement une direction différente. En effet, le cinéaste n’a pas accès aux « chutes » en question et se voit par conséquent contraint d’utiliser quelques images bien connues et une scène inédite d’OPERATION DRAGON au cours de laquelle Bruce Lee discute avec son maître. Cependant, étonnamment, le mélange des séquences tirées de la filmographie de Bruce Lee et les nouvelles scènes effectivement filmées par Ng See-yuen fonctionne de belle manière à condition de n’être point trop pointilleux. En outre, le long-métrage abandonne rapidement le personnage de Billy Lo (soi-disant joué par Bruce Lee mais, en réalité, le plus souvent doublé par Kim Tai Chung), pour se concentrer sur son frère, légitimement incarné par ce même Kim Tai Chung.

Comme l'avoue l'expert Bey Logan sur le commentaire audio du DVD édité par HKLegend "J'ai beau l'avoir vu pas mal de fois je ne comprends toujours pas le sens de ce film". Et le bougre a bien raison car, si la trame générale reste simple, certaines séquences n'apportent rien à l’intrigue et d'autres semblent parachutées au petit bonheur pour lui permettre d’atteindre la durée réglementaire. D’autres, enfin, ont comme unique fonction de laisser au monteur le soin de caser quelques images du véritable Bruce Lee pour la plupart tirée de LA FUREUR DE VAINCRE ou LA FUREUR DU DRAGON.

Sacré patchwork, ponctué de moments franchement nanar comme l’attaque d’un lion tellement risible (un type vêtu d’une peau de bête) qu’on se demande si le cinéaste tente réellement de nous convaincre qu’il s’agit d’un véritable fauve. Certains remontages frisent eux-aussi le ridicule, comme cette scène inédite d’OPERATION DRAGON, complétée huit ans plus tard avec le même acteur (Roy Chiao). Bien sûr, ce-dernier accuse un coup de vieux et ses vêtements ne sont plus tout à fait raccords. Heureusement, d’autres passages s’avèrent plus réussis et maintiennent l’illusion, d’autant qu’après la mort de « Billy Lo », LE JEU DE LA MORT 2 trouve sa réelle vitesse de croisière et joue la carte, toujours efficace, de l’action quasi non-stop.

Au niveau martial, le film ne déçoit pas : les chorégraphies de Yuen Woo Ping sont enlevées et les affrontements, très nombreux, mêlent les techniques sèches de Bruce Lee à un kung-fu plus acrobatique et aérien. La présence de l’excellent Hwang Jang Lee constitue un autre atout du long-métrage qui peut ainsi compter sur les coups de pieds dévastateurs du champion de Tae Kwon Do. Le climax d’une vingtaine de minutes verse dans l’espionnite et s’apparente à un mélange jouissif entre le polar d’action, le kung fu et le cinéma d’aventure à la James Bond.

S’introduisant dans la mystérieuse « Tour de la Mort », le héros découvre une organisation maffieuse de trafiquants de drogue agissant dans des décors futuristes à la fois kitsch et plaisants. Le tout se conclut, forcément, par un combat attendu entre Kim Tai Jung et Hwang Jang Lee, lequel avait simulé son décès pour des raisons plutôt fumeuses. Pour sa part, la musique, bien que complaisamment piquée au film d’épouvante DUNWICH HORROR de 1968 se révèle appropriée et souligne efficacement l’action.

A l’instar du JEU DE LA MORT, ce film existe en plusieurs versions. Les plus courantes sont le montage hongkongais, d’une durée de 86 minutes, et une version internationale étendue (d’environ 94 minutes) qui utilise des images d’archives supplémentaires de Bruce Lee (un montage présenté en flashback de ses films de jeunesse, des images de ses funérailles et un générique de fin différents). Cette version internationale ajoute un combat supplémentaire entre Kim Tai Chung et le « superkicker » Casanova Wong, originellement filmé par Sammo Hung pour la version hongkongaise du JEU DE LA MORT. Un très rare montage coréen existe également et atténue grandement l’aspect bruceploitation en coupant la plupart des images du Petit Dragon issues de films antérieurs.

Jolie réussite de la bruceploitation, nettement supérieure au médiocre premier volet, LE JEU DE LA MORT 2 saura sans peine contenter les amateurs de kung fu bis nerveux et rondement mené. A découvrir sans apriori.

 

Fred Pizzoferrato - Août 2014