HALLOWEEN 2
Titre: Halloween 2 - The Horror Continues
Réalisateur: Rick Rosenthal (+ John Carpenter)
Interprètes: Jamie Lee Curtis

 

Donald Pleasence
Charles Cyphers
Jeffrey Kramer
Lance Guest
Pamela Susan Shoop
 
Année: 1981
Genre: Slasher
Pays: USA
Editeur Opening


Critique:

Cette séquelle embraye directement sur ce final et se déroule durant les heures suivants la nuit d'Halloween 1978… Michael Myers n'est pas mort malgré sa chute brutale à la fin du premier volet. Le psychopathe traque Laurie (Jamie Lee Curtis) dans les couloirs d'un hôpital quasi désert et le docteur Loomis tente toujours de stopper cette "Forme" incarnant le Mal…

C'est le débutant Rick Rosenthal qui se voit confier la mise en scène de cette séquelle nantie d'un budget largement supérieur à l'original puisqu'on passe d'un peu plus de 300 000 dollars à près de 2 millions, une somme d'argent confortable compte tenu de l'époque et du genre envisagé, à savoir le slasher. Mais ce dernier est alors triomphant avec de nombreux métrages d'un intérêt variable comme VENDREDI 13, MEURTRES A LA SAINT VALENTIN, LE MONSTRE DU TRAIN, LE BAL DE L'HORREUR et bien d'autres.

Dino de Laurentiis ne prend donc pas beaucoup de risques en lançant cette séquelle directe au métrage de John Carpenter puisque ce dernier choisit de prolonger l'intrigue en la reprenant exactement au moment où celle du premier HALLOWEEN s'achevait. L'option retenue, pourtant, est assez éloignée de l'original puisque cette suite s'inscrit davantage dans le registre de la concurrence (à savoir VENDREDI 13) en privilégiant le rythme et les meurtres nombreux au détriment d'une vraie atmosphère d'angoisse savamment construite. D'où l'impression d'assister à un pur divertissement sur le modèle du train fantôme: le spectateur entre dans le film en pleine connaissance de cause et attend simplement que le cinéaste lui file quelques coups d'adrénaline à intervalles réguliers.

Les scènes de meurtres, pour leur part, sont efficaces et donnent davantage dans le démonstratif même si le métrage se situe encore loin des excès de la saga VENDREDI 13 à ce niveau. Néanmoins on note une certaine surenchère et une évidente volonté de verser dans l'horreur plus sanglante. Myers utilise à présent une panoplie d'armes plus vaste que dans le premier volet où il n'employait souvent que son couteau de boucher. Un Myers qui est, pour sa part, lié au culte celtique d'où est originaire Halloween, à savoir la célébration de Samhain, une idée qui fera sont chemin au cours des épisodes suivants.

John Carpenter, peu satisfait du résultat, tourna des scènes additionnelles et remonta le film pour lui conférer davantage de rythme. Le travail de Rick Rosenthal est pourtant soigné et n'a pas trop à rougir de la comparaison avec celui de son prédécesseur. Loin d'être déshonorant, cet HALLOWEEN bis recopie à l'identique les moments d'angoisse de son prédécesseur et s'inspire également du giallo dans la stylisation de certains crimes. Même si il apporte assez peu d'innovation, que ce soit au niveau du scénario ou à celui de la mise en scène, le résultat se regarde sans ennui et même agréablement pour les amateurs de slashers.

En dépit de ses défauts, HALLOWEEN 2 est probablement la meilleure séquelle de cette longue saga et mérite donc une vision. Voire plusieurs.

Fred Pizzoferrato - Novembre 2007