THE HUNGER GAMES 2: L'EMBRASEMENT
Titre: The Hunger Games - Catching Fire
Réalisateur: Francis Lawrence
Interprètes: Jennifer Lawrence

 

Liam Hemsworth
Jack Quaid
Philip Seymour Hoffman
Donald Sutherland
Woody Harrelson
Lenny Kravitz
Année: 2013
Genre: Science-fiction / Action
Pays: USA
Editeur  
Critique:

Nouvelle franchise phénomène de la littérature pour adolescents après TWILIGHT et HARRY POTTER, la trilogie de Suzanne Collins a vu son premier épisode porté à l’écran en 2012 avec un immense succès, réussissant commercialement là où bien d’autres échouèrent (THIS MORTAL INSTRUMENT, SUBLIMES CREATURES, VAMPIRE ACADEMY, etc.). Si le film rencontra son public, on pouvait toutefois faire la fine bouche devant une mixture certes bien cuisinée mais franchement peu originale d’influences, lesquelles allaient de RUNNING MAN à BATTLE ROYALE en passant par ROLLERBALL.

Cette séquelle, pour sa part, reprend l’intrigue où nous l’avions laissée mais ne fait guère progresser la situation et se contente de reproduire les grandes lignes du film original en jouant davantage la carte du spectacle. Katniss et Peeta ont gagné les jeux de la faim mais leur amour naissant n’a pas résisté à l’épreuve. Cependant, forcés par le Président Snow, les deux jeunes gens continuent à prétendre s’aimer, leur histoire ayant ému les habitants des douze districts. Néanmoins, au cours de leur tournée victorieuse, les deux candidats découvrent qu’ils ont inspirés un vent de révolte et que cette étincelle menace à présent d’embraser la société toute entière. Après qu’elle ait pris publiquement position en faveur d’un révolté, Katniss devient la cible du Président qui décide de la supprimer. Il organise par conséquent les 75ème jeux en convoquant tous les anciens survivants à se battre à nouveau. Katniss et Peeta se retrouvent donc une seconde fois dans l’arène des Tribus à défendre leur vie contre d’innombrables dangers.

Spécialiste des adaptations, Francis Lawrence poursuit dans le fantastique après CONSTANTINE et JE SUIS UNE LEGENDE, deux titres honnêtes mais également un brin décevants et qui, surtout, prenaient de (trop) nombreuses libertés avec leur matériel de base. Ici, bien sûr, la présence de Collins à la production et la pression écrasante des fans interdit ce genre de manœuvres. L’ancien spécialiste du clip pour « teen idol » Francis Lawrence met donc son savoir-faire au seul service du scénario. Il crée ainsi quelques scènes de belle ampleur où les décors soignés et les costumes étudiés conférent une réelle identité visuelle à ce monde futuriste crédible et décadent.

HUNGER GAMES 2 : L’EMBRASEMENT déploie également un message cynique et légèrement subversif au sein d’un blockbuster normalement plus intéressé par l’action que par les considérations morales des différents protagonistes. Malheureusement, cela entraine un rythme assez languissant, la majeure partie de cet épisode (soit près de 80 minutes sur les 146) étant dévolue à une critique de la télé-réalité, de la quête absolue de célébrité éphémère, du fossé creusé entre les classes riches et populaires, etc. Pas nécessairement inintéressant mais lourdement appuyé et, malgré l’implication des comédiens, le film tourne en rond et finit par ennuyer.

Le dernier acte, plus énergique, voit les candidats « volontaires désignés » réexpédiés dans l’enfer des jeux afin de désamorcer la rébellion en marche. Les quarante dernières minutes se concentrent donc sur la baston pure avec l’attendu jeu d’alliance entre les différents protagonistes qui essaient de survivre aux pièges tendus sous leurs pieds. Notamment une brume mortelle et une horde de babouins enragés qui les obligent à une relative coopération éloignant ces nouveaux jeux de la « Battle royale » pure et simple du premier volet!

Le tout se termine bien évidemment par un nouveau cliffhanger à la fois frustrant et excitant qui laisse présager un ultime volet (certes divisé en deux films !) encore plus nerveux. Le genre de fin calibrée au millimètre qui pourrait conduire les plus déçus de ce second épisode à retrouver le chemin des salles obscures à la sortie de HUNGER GAMES 3. Très fort !

Dans l’ensemble, HUNGER GAMES 2 : L’EMBRASEMENT ronronne gentiment et se suit sans déplaisir mais hélas sans grande passion : les quelques répliques bien senties et la poignée de séquences efficaces ou émouvantes ne peuvent compenser la grande linéarité d’un film sans doute beaucoup trop long (près de 2 heures et demie !) pour maintenir l’intérêt des non-fanatiques de l’univers crée par Suzanne Collins. Cela dit, dans le genre blockbuster pour « young adults » on a vu bien pire que cette saga.

 

Fred Pizzoferrato - Mai 2014