IN LOVE WITH THE DEAD
Titre: Chung oi
Réalisateur: Danny Pang
Interprètes: Shawn Yue

 

Stephy Tang
Yoka Yue
Patrick Tam
 
 
 
Année: 2007
Genre: Drame / Fantastique / Romance / Horreur
Pays: Hong Kong
Editeur  
Critique:

Les frères Pang, révélé par BANGKOK DANGEROUS à la fin des nineties, ont trouvé autant de fans que de détracteurs avec leurs nombreuses productions fantastiques dont la saga THE EYE. Juste avant d’emballer le remake américain de le premier long-métrage, les frères Pang se sont octroyé une récréation en solo, Oxyde mettant en scène THE DETECTIVE alors que Danny tournait IN LOVE WITH THE DEAD, production en apparence plus classique où l’on retrouve les éléments coutumiers : drame, fantastique, romance et un zeste d’épouvante via d’inévitable fantôme.

La jeune est belle Wai est diagnostiqué atteinte d’un cancer du pancréas et n’a qu’une chance sur cinq de s’en sortir. Son compagnon, Ming, décide alors de sacrifier sa carrière pour passer le plus de temps possible avec Wai et sa jeune sœur. Néanmoins, alors que la maladie progresse, Ming éprouve de plus en plus de difficultés à vivre avec une Wai refusant de se soigner et sombrant dans un comportement étrange. Acceptant un nouvel emploi mal rémunéré Ping retrouve dans cette entreprise une jeune femme dont il était amoureux étant enfant, Fong. Ming et Fong deviennent amant alors que Wai tente de se suicider…ou peut-être a-t-elle réussi son suicide et Ming reste il simplement amoureux d’une morte ?

IN LOVE WITH THE DEAD débute comme un drame romantique lacrymal à l’efficacité indéniable qui fera couler quelques larmes chez les plus sensibles. L’intrusion du fantastique et de l’épouvante dans le récit ne surviendra que durant la seconde moitié mais Danny Pang garde l’attention du public en proposant des répliques assez finement écrites. Cette atmosphère bien rendue et le développement des personnages, assez inhabituel dans une production horrifique hongkongaise, est servie par un trio d’acteur de haut niveau.

Le jeune Shawn Yue, star montante de l’ancienne colonie britannique, déjà vu dans la trilogie INFERNAL AFFAIRS ou DRAGON TIGER GATE, incarne avec beaucoup de conviction le mari en proie à la tristesse, au doute et finalement tenté par l’expérience extraconjugale. Stephy Tang, pour sa part, montre tout autant de justesse dans son rôle de jeune femme quasiment condamnée par la médecine et sombrant dans un comportement de plus en plus perturbé. A ce sujet, la scène où l’héroïne disjoncte, vomit et remange la nourriture expulsée demeure un grand moment de thrash et fonctionne parfaitement sans verser dans le ridicule.

Dans sa seconde moitié IN LOVE WITH THE DEAD prend des apparences plus classiques et constitue une ghost-story soignée. Les scènes effrayantes sont rares mais produisent leur effet et ménagent une poignée de frissons authentiques, d’autant qu’elles sont cette fois intégrées à un autre genre, la romance où plus exactement la « romance avec un membre du couple malade risquant de mourir » à la LOVE STORY. La montée graduée du suspense et l’introduction subtile des éléments horrifiques permet à Danny Pang de bâtir un métrage solide aux effets mesurés et au rythme prenant en dépit d’une certaine lenteur.

Bien sûr, on peut regretter l’utilisation de quelques procédés plus faciles censés provoquer un sursaut du spectateur, un mécanisme fonctionnant sur le moment mais en définitive moins marquant que l’angoisse larvée développée patiemment par le cinéaste. Le twist final se révèle assez réussi et inattendu et la fin déprimante termine le métrage sur une note surprenante mais en définitive largement positive.

En bref IN LOVE WITH THE DEAD s’avère une bonne surprise et si les frères Pang ont souvent déçus, Danny livre peut-être son meilleur film. A découvrir.

Présenté au BIFFF - Festival International du Film Fantastique de Bruxelles - en avril 2009

 

Fred Pizzoferrato - Mai 2009