KICKBOXER III: TRAFIC A RIO
Titre: Kickboxer 3: The Art of War
Réalisateur: Rick King
Interprètes: Sasha Mitchell

 

Dennis Chan
Richard Comar
Noah Verduzco
Alethea Miranda
Milton Gonçalves
 
Année: 1992
Genre: Aventures / Arts martiaux
Pays: USA
Editeur
Critique:

Après avoir rempilé dans le second épisode, Dennis Chan retrouve son rôle de vieux maître débonnaire dans ce troisième volet où il retrouve Sasha Mitchell, remplaçant de Van Damme depuis le précédent opus. KICKBOXER 2 s’étant révélé une bonne surprise et pouvant même se placer parmi les meilleurs films de « bastons » sortis au début des années ’90, durant l’éphémère vague du kickboxing, ce KICKBOXER 3 se présentait sous les meilleurs auspices en déplaçant l’intrigue dans la très photogénique (et dangereuse) Rio. Hélas, le résultat ne se montre nullement à la hauteur des espérances et s’avère d’une épuisante platitude.

Venus au Brésil pour une compétition d’arts martiaux, David Sloane et son entraineur Xian croisent la route de deux petits voleurs : un gamin qui tente de lui dérober son appareil photo et sa séduisante sœur chargée de distraire les victimes des larcins par son physique avenant. Après l’avoir corrigé, David fait copain-copain avec le gosse des rues et tombe sous le charme de sa frangine, laquelle est ensuite kidnappée par de méchants trafiquants de femmes. Tout en rendant justice, David trouve le temps nécessaire pour s’entrainer afin de défier un redoutable maître argentin de kickboxing au cours d’une compétition d’envergure.

Sans intérêt, KICKBOXER 3 accumule les maladresses : le gamin censé émouvoir dans les chaumières se montre particulièrement irritant, sa frangine est transparente, le méchant kickboxer convoqué pour le combat final ne parait jamais réellement menaçant (nous sommes loin du diabolique Tong Po des 2 premiers volets), les intermèdes touristiques sont trop longs et ralentissent terriblement le rythme déjà défaillant et l’intrigue s’avère aussi prévisible que banale.

Tout cela ne serait guère problématique si le métrage délivrait au moins le minimum en matière d’action mais, hélas, même à ce niveau, KICKBOXER 3 se révèle totalement raté : les combats sont rares, Sasha Mitchell ne semble jamais convaincant et la mise en scène échoue à dynamiter un ensemble léthargique qui eut nécessité un montage plus nerveux pour éviter au spectateur l’assoupissement.

Mitchell, efficace et impliqué dans l’épisode 2, parait ici hagard et complètement désintéressé, ce qui rend les séquences voulues émouvantes encore plus embarrassantes. Seul Dennis Chan, dans son numéro bien rôdé de vieux maitre sarcastique, délivre quelques lignes de dialogues amusantes. Cela ne compense pas les trop nombreux passages à vide mais permet néanmoins quelques sourires, malheureusement noyés dans un océan de guimauve, de bons sentiments faisandés et de longueurs problématiques.

Si KICKBOXER 3 additionne tous les défauts possibles pour une série B d’action on lui reprochera surtout de miser trop sur le blabla au détriment des séquences martiales ayant assurés la réussite des opus 1 et 2. L’archétype de la séquelle routinière emballée vite fait mal fait et qui ne plaira à personne.

A oublier.

Fred Pizzoferrato - Janvier 2015