LAKE PLACID II
Titre: Lake Placid II
Réalisateur: David Flores
Interprètes: John Schneider

 

Sarah Lafleur
Sam McMurray
Chad Michael Collins
Alicia Ziegler
Joe Holt
Ian Reed Kesler
Année: 2007
Genre: Horreur / Agression Animale
Pays: USA
Editeur  
Critique:

Réalisé pour la télévision avec un budget misérable (estimé à deux millions de dollars), LAKE PLACID 2 se veut la suite du modeste mais très divertissant long-métrage de Steve Miner sorti en 1999. Malheureusement, tout ce qui rendait le premier LAKE PLACID sympathique, comme l’humour efficace et l’alchimie entre les différents personnages, se voit oublié par cette séquelle mal torchée et d’une linéarité exaspérante.

L’intrigue, elle, se révèle basique, pour ne pas dire rachitique : plusieurs personnes meurent victimes d’un crocodile agressif ayant élu domicile dans les eaux du Lake Placid. Le sheriff décide de traquer la bête tandis que, pendant ce temps, quelques jeunes se donnent du bon temps en allant bronzer au bord de l’eau.

Artisan besogneux oeuvrant pour la télévision, David Flores, précédemment coupable d’un piteux BOA Vs PYTHON, s’applique consciencieusement, avec cette suite inutile, à ne retenir aucune des leçons énoncées par le premier LAKE PLACID. Cette séquelle se caractérise donc par une absence d’humour (en tout cas volontaire), des personnages caricaturaux et inintéressants, des effets spéciaux médiocres et un climax rabâché. Peu d’élément relient d’ailleurs LAKE PLACID 2 au premier volet, excepté un nouveau personnage de bobonne débonnaire qui considère les monstrueux crocodiles comme de gentils animaux de compagnie. Sœur de la Delores Bickerman du précédent opus, cette Sadie (jouée par Cloris Leachman, vue dans BUTCH CASSIDY ET LE KID, LA DERNIERE SEANCE et FRANKENSTEIN JUNIOR) ne retrouve pas le côté déjantée de sa frangine et ses scènes humoristiques tombent, hélas, à plat. L’intrigue, laborieuse, avance, elle, à la vitesse d’un gastéropode sous tranquillisant et s’avère horriblement prévisible.

Sans la moindre inspiration, le scénariste égrène les clichés éculés du « animal attack » avec une bonne volonté qui confine pratiquement à la parodie involontaire. Les divers protagonistes, eux aussi, sont schématisés à gros traits : le shérif essaie de regagner l’estime de son fiston tenté par l’indépendance, le chasseur soi-disant héroïque reste paralysé devant le danger mais se voit heureusement flanqué d’un serviteur intrépide, l’écologiste désire capturé vivant le spécimen rare de mangeur d’hommes…Bref, aucune surprise dans ce film routinier à l’imagination sclérosée qui donne l’impression d’avoir déjà été vu (et revu) des dizaines de fois…souvent en beaucoup mieux.

Si LAKE PLACID 2 n’est sans doute pas la pire production SyFy, difficile toutefois d’y trouver le moindre intérêt. Son casting, par exemple, convie une vieille gloire de la télévision, John Schneider (acteur principal de la série « Sheriff fais-moi peur » au début des années ’80) dans le rôle d’un représentant de la loi souffrant de relations tendues avec son fiston, incarné par Chad Michael Smith. Autre routinière de la télévision, Sarah Lafleur apporte l’indispensable dose de charme à ce produit frelaté qui peut également, à ce sujet, compter sur une poignée de débutantes promptes à tomber le bikini à la moindre occasion.

Cette générosité au niveau de la nudité, tout comme une poignée de scènes gore potables (bien qu’handicapées par des effets peu crédibles) rend, heureusement, l’ensemble moins ennuyeux qu’on ne pouvait le craindre. Mais cela ne vole guère haut pour autant.

Séquelle hâtive et mal fichue d’un très plaisant divertissement horrifique, LAKE PLACID 2 cuisine une recette éculée ayant perdu toute saveur et ne saura, par conséquent, contenter personne. S’il existe, bien sûr, de pires produits dans le genre encombré des « animal attack », LAKE PLACID 2 se positionne toutefois en queue de peloton et sera donc réservé aux seuls inconditionnels du genre. A oublier.

 

Fred Pizzoferrato - Avril 2013