LUTHER THE GEEK
Titre: Luther the Geek
Réalisateur: Carlton Albright
Interprètes: Edward Terry

 

Joan Roth
Stacy Haiduk
Thomas Mills
Carlton Williams
 
 
Année: 1990
Genre: Slasher / Horreur
Pays:  
Editeur  
3 /6
Critique:

Distribuée par Troma et réalisée par Carlton Albright, cette série B débute par un excellent prologue qui nous dévoile les raisons du traumatisme de Luther (très bien interprété par Ed Terry), lequel devient ensuite un tueur cannibale. Libéré sur parole il s'en prend violemment à une mère et sa fille, dévorant au passage le petit ami et quelques autres victimes.

Malgré un côté parfois outré et deux ou trois passages d'humour noir, LUTHER THE GEEK se veut sérieux et détonne un peu dans le catalogue Troma. Loin de la gaudriole sanglante coutumière à la firme, le métrage propose une sorte de slasher / survival assez gratiné (nettement moins toutefois que l'autrichien SCHYZOPHRENIA au scénario assez proche) ponctué de rares effets gore. L'ensemble, déjà un peu languissant, tourne hélas complètement à vide durant le dernier tiers.

Carlton Albright, même si il s'en tire plutôt bien au niveau purement technique, s'avère incapable de maintenir un semblant de tension lors de cet interminable jeu de cache-cache. Il promène sa caméra à l'intérieur d'une maison isolée dans laquelle le tueur traque trois victimes potentielles. Le procédé aurait sans doute pu donné un suspense dense et étouffant entre les mains d'un réalisateur plus doué mais, danc le cas présent, c'est vite lassant. L'aspect très routinier et attendu du script est d'autant plus difficile à admettre que le postulat de base offrait la possibilité de quelques éclairs de folie. Ce qui ne sera jamais le cas, excepté lors d'un final assez secouant quoique purement gratuit. Le résultat se laisse néanmoins regarder d'un œil distrait: le film offre un spectacle éprouvant, certes convenu mais efficace qui ne peut, néanmoins, être considéré comme une véritable réussite le manque de nervosité est patent, malgré les efforts du cinéaste qui s'efforce de suivre les traces sanglantes de MASSACRE A LA TRONÇONNEUSE et de FREAKS dans le cadre, fort codifié du slasher rural.

Malheureusement, les nombreuses invraisemblances (elles sont énormes) grèvent le métrage qui verse rapidement dans la stupidité, sans l'excuse salutaire du second degré, et devient même ennuyeux par moment. Ed Terry offre malgré tout une bonne interprétation, très intense. Les bonus nous apprennent qu'il suivit les mêmes cours d'arts dramatiques que Al Pacino et, sans comparer ce qui n'a pas lieu d'être, Terry réussit à rendre son rôle convaincant et effrayant, sans jamais tomber dans le ridicule. Ce qui n'était pas évident!

Pas désagréable à suivre, même si on eut souhaité un peu plus de rythme et de folie, LUTHER THE GEEK a relativement bien vieilli mais n'est pas très réussi pour autant. Qualifié par certains de chef d'œuvre méconnu ou de classique du gore, le métrage s'avère en définitive plus décevant que franchement raté.

Perdu dans la masse des titres similaires sortis dans la seconde moitié des eighties, il se situe simplement dans une "honnête" moyenne. Mais les passages gore sont bien trop peu nombreux pour contenter les fans et l'absence du moindre suspense s'avère préjudiciable pour un plus large public.

En résumé, le tout se laisse voir pour les inconditionnels de l'horreur mais n'en espérez rien de particulièrement mémorable. Dommage qu'Uncut accueille un titre aussi faible au niveau des séquences "choc" dans son catalogue extrême.

Bonus: Présentation du film et de la Troma, interview du réalisateur (8 minutes) et galerie d'affiches.

Une édition soignée, mais sans plus.

Fred Pizzoferrato - Juin 2007