LES AVENTURES FANTASTIQUES DU BARON MUNCHHAUSEN
Titre: Münchhausen
Réalisateur: Josef von Báky
Interprètes: Hans Albers

 

Wilhelm Bendow
Brigitte Horney
Michael Bohnen
Ferdinand Marian
Hans Brausewetter
Hermann Speelmans
Année: 1943
Genre: Fantasy
Pays: Allemagne
Editeur Artus
Critique:

Personnage historique authentique, Karl Friedrich Hieronymus Freiherr von Münchhausen (carrément !) vécu une existence riche en aventures et fut, alternativement, mercenaire et combattant de l’armée russe contre les Turcs. Il raconta ensuite ses mémoires à un écrivain, Rudolf Erich Raspe, dans lesquelles il se vanta d’incroyables exploits qui lui vaudront le surnom de Baron de Crac (autrement dit de « baron menteur »). Munchausen meurt ruiné en 1797 mais sa légende lui survit et il devient, peu à peu, un héros de fiction très célèbre en Allemagne, dans la lignée de Cyrano de Bergerac. Ses aventures, publiées en 1785 par Rudolf Erich Raspe, inspirent d’ailleurs divers pastiches, séquelles et imitations littéraires puis des bandes dessinées qui accroissent encore sa popularité.

Colorées et délirantes, elles furent, évidemment, adaptées au cinéma une demi-douzaine de fois, la version la plus connue étant sans doute celle, quelque peu décevante, signée Terry Gilliam en 1988. La version de Josef von Báky date, pour sa part, de 1943 et fut réalisée à l’initiative du ministre de la propagande allemande Joseph Goebbles afin de remonter le moral des troupes et de commémorer le vingt-cinquième anniversaire du studio de production UFA.

Nantie d’un budget colossal pour l’époque, de décors fastueux et d’effets spéciaux alors exceptionnels, LES AVENTURES FANTASTIQUES DU BARON MUNCHHAUSEN débute au XXème siècle. Le baron Munchausen donne un bal costumé en compagnie de son épouse vieillissante puis raconte à un jeune couple les aventures picaresques de son ancêtre, Hiéronimus. Après sa rencontre romantique avec Catherine de Russie, le baron rend service au magicien Cagliostro qui le récompense en lui offrant la jeunesse éternelle et un anneau capable de rendre invisible son possesseur. Aidé par un messager capable de courir à des vitesses inimaginables, le baron, également équipé d’un fusil à très longue portée, vole sur un boulet de canon jusqu’à une forteresse tenue par les Turcs. Fait prisonnier, Munchausen s’échappe en remportant un impossible pari et, accompagné de son fidèle serviteur, prend place dans une montgolfière en route pour la lune…

Œuvre de pur divertissement dénuée de toute volonté propagandiste, LES AVENTURES FANTASTIQUES DU BARON MUNCHHAUSEN joue la carte de la féérie pure : le baron dispose ainsi de nombreux artefacts utiles comme un anneau d’invisibilité ou un fusil capable de toucher sa cible distante de centaines de kilomètres. Il rencontre aussi des personnages historiques comme Catherine de Russie ou le célèbre magicien Joseph Balsamo, dit Cagliostro, disciple du Comte de Saint-Germain qui possédait, selon ses dires, le secret de l’éternelle jouvence. Aux côtés du baron, nous retrouvons un fidèle serviteur qui l’accompagnera jusque sur la lune et un messager plus rapide que Mercure en personne. Ce-dernier est, en effet, capable d’effectuer un aller-retour jusque Vienne à partir d’une forteresse turque en moins d’une heure ! Le baron rencontre encore des vêtements ou des instruments de musique vivants animés d’une volonté propre. Au final, le baron effectue un incroyable périple qui le conduit sur la lune où vivent d’étranges Sélénites capables de détacher leur tête du reste de leur corps.

Si on peut reprocher au film une construction proche de l’anthologie à sketches (les aventures du baron se succèdent en divers lieux et époques), LES AVENTURES FANTASTIQUES DU BARON MUNCHHAUSEN demeure une œuvre plaisante, pleine de fantaisie et d’humour.

Deux heures de grand spectacle enthousiasmant et bien mené qui sauront contenter les amateurs de merveilleux. Un bon moment à savourer le sourire aux lèvres.

 

Fred Pizzoferrato - Août 2013