RENDEZ-VOUS AVEC LA PEUR
Titre: Night of the Demon
Réalisateur: Jacques Tourneur
Interprètes: Dana Andrews

 

Peggy Cummins
Niall MacGinnis
Maurice Denham
Athene Seyler
Liam Redmond
 
Année: 1957
Genre: Fantastique / EPouvante
Pays: USA
Editeur  


Critique:

Jacques Tourneur, né à Paris pratiquement avec le vingtième siècle (en 1904 pour être précis) a déjà une belle carrière dans le domaine de l'épouvante lorsqu'on lui propose le scénario de RENDEZ VOUS AVEC LA PEUR. En effet il avait signé pour la RKO trois belle réussite du genre: LA FELINE, VAUDOU et L'HOMME LEOPARD, sous l'égide du producteur Val Lewton. Ensuite il ne toucha plus au fantastique durant près de quinze ans et la proposition de Hal Chester venait à point nommé pour lui permettre de renouer avec le "cinéma horrifique" auquel il devait ses plus grands succès.

L'idée du film vient de la nouvelle "Casting the Runes" signée Montague Rhode James et concerne les cultes démoniaques. Elle fut à nouveau adaptée dans la série télévisée "Mystery and Imagination" en 1966. Le professeur Harrington, un psychologue connu, se trouve au prise avec le mal à l'état pur depuis qu'il a révélé les exactions d'un culte satanique anglais. Se sentant de plus en plus menacé, le professeur se résoud à demander de l'aide à Julian Karswell, le chef de la secte et se propose de se rétracter en avouant l'existence réelle des démons. Mais certaines choses sont plus facile à initier qu'à stopper…

Peu après Harrington est victime d'un accident de voiture mortelle causé par une immense créature démoniaque. Holden, un collègue psychologue, débarque ensuite en Angleterre afin d'enquêter sur la mort d'Harrington que chacun s'accorde à trouver suspecte et dûe à l'intervention des puissances surnaturelles. Holden, fortement imprégné de rationalisme, ne croit pas à cette explication mais Karswell, pour sa part, s'attribue la responsabilité de la mort du professeur. Convaincu que le leader satanique est doté de pouvoirs de suggestion importants, Holden tente de découvrir la vérité.

A l'image des précédents films de Jacques Tourneur, la réalité de l'existence effective du démon aurait dû être laissée en suspens, permettant au spectateur plusieurs interprétations (magie, démonisme, pouvoir de la suggestion ou hallucination collective). Malheureusement les producteurs désiraient inclure un monstre dès le début du métrage afin sans doute de rassurer le spectateur, d'où l'apparition pas vraiment convaincante du démon au début de la projection. Néanmoins, l'apparence de la créature démoniaque en elle-même n'est pas à remettre en cause: pour un métrage de plus d'un demi-siècle les effets spéciaux sont réussis et la Bête semble menaçante quoiqu'un peu grotesque…et n'est-ce pas ainsi que l'on se représente les diables depuis des siècles? Il est juste un peu dommage de n'avoir pas davantage joué la carte de la suggestion.

Une idée intéressante suggère d'ailleurs que les démons n'existent réellement que si on croit en eux. Ainsi, si les personnages cessaient de croire aux puissances des ténèbres celles-ci cessèraient d'exercer leur emprise. La théorie trouve d'ailleurs sa conclusion dans l'ultime réplique de RENDEZ VOUS AVEC LA PEUR en annonçant sentencieusement qu'il est "parfois préférable de ne pas savoir".

En situant son récit dans un cadre contemporain (à l'inverse des productions Roger Corman ou Hammer de la même époque) et en développant le réalisme tout au long d'une enquête digne d'un polar noir perverti par le fantastique, Jacques Tourneur accouche pourtant d'une très belle réussite jouant davantage de l'atmosphère (fumée, nuit noire, forêt angoissante,…) que des chocs visuels.

Chaque élément familier semble peu à peu perverti par le surnaturel et le spectateur retrouve un peu le ton des meilleures histoires fantastiques, celle dans lesquelles la réalité semble peu à peu se dissoudre sous les pas de l'infortuné héros, jusqu'à ce que ce dernier perde pied pour plonger dans l'épouvante. L'intrigue se développe avec une belle habileté, sur un rythme étudié (sans précipitation mais avec un véritable sens du suspense, de l'attente et de la progression dramatique), jusqu'à sa conclusion un peu prévisible mais efficace et qui a le bon goût de ne pas clore totalement le sujet, laissant certaines questions sans réponse.

Tout cela était-il vraiment réel? A chacun de se bâtir sa propre opinion. Servi autant par sa musique que par sa distribution parfaitement adéquate et la superbe phot en noir et blanc, la mise en scène de Tourneur élève finalement RENDEZ VOUS AVEC LA PEUR au rang des grands classiques du fantastique.

Un incontournable.

Fred Pizzoferrato - Aout 2008