OPERATION PEUR
Titre: Operazione Paura / Kill Baby Kill
Réalisateur: Mario Bava
Interprètes: Erica Blanc

 

Giacomo Rossi-Stuart
Fabienne Dali
Gianna Vivaldi
Piero Lulli
 
 
Année: 1966
Genre: Fantastique / Epouvante
Pays: Italie
Editeur Neo Publishing
5 /6
Critique:

Une petite fille tombe de cheval et agonise alors que les villageois, occupés à festoyer, ignorent ses cris. Des années plus tard, une malédiction semble peser sur la bourgade. La Baronne Graps s'oppose régulièrement à la belle sorcière Ruth, qui tente de conjurer le sort en préservant les cadavres des victimes. Le docteur Eswai et son assistante Monica, mandé pour pratiquer une autopsie, vont découvrir la vérité.

Un pur exemple d'épouvante gothique, lequel s'élève au-dessus du surestimé LE CORPS ET LE FOUET. Jamais la caméra de Mario Bava ne s'est montrée plus efficace: elle déambule dans des couloirs sombres baignés de somptueux éclairages colorés ou parcourt des ruelles noyées de brumes avec une inspiration jamais démentie.

Chaque image de ce film ressemble donc à un magnifique tableau où domine le vert, le rouge du sang et le noir de l'obscurité. Le cinéaste filme ces décors fabuleux avec une rare inspiration et démontre que le manque de moyens peu, parfois, stimuler l'imagination. Le brouillard tenace et le village réduit à quelques rues sinistres offrent alors un véritable cachet au métrage. Un peu à l'image des fameuses productions Corman appartenant au cycle Edgar Poe où seuls les éléments signifiants sont présents à l'écran.

Autre idée forte: la course fantasmatique du héros à travers une succession de pièces toutes identiques. Là encore, Bava surmonte le handicap d'un budget restreint en usant habilement du montage. Une scène inoubliable. Comme les apparitions d'une gamine fantôme revenue se venger par delà la tombe. Le scénario, pour sa part, est classique mais bien écrit. Il use intelligemment des clichés, en renverse certains (la belle sorcière sexy incarne le Bien, la gamine angélique et la vieille aristocrate représentent le Mal) pour mener une intrigue, certes prévisible mais agréable et développée avec soin et talent, vers sa dramatique conclusion.

Le principal défaut du métrage réside, en fait, dans la médiocrité des interprètes, peu concernés et, par conséquent, pas vraiment convaincants. Giacomo Rossi-Stuart, le visage figé et impassible, promène sa non expression d'une scène à l'autre et ne parvient guère à retenir l'attention du spectateur. Erica Blanc, vedette modeste du giallo sexy des seventies, s'avère légèrement plus intéressante, surtout lorsqu'une nuisette quasi-transparente laisse deviner ses courbes généreuses. Mario Bava exploite bien son physique et se laisse parfois aller aux poncifs du genre mais, malgré cette piètre interprétation, OPERATION PEUR passionne et constitue une découverte de choix pour tout amateur de fantastique gothique qui se respecte.

Une des meilleurs œuvres de son auteur, juste en deçà des inégalables MASQUE DU DEMON et BAIE SANGLANTE.

En bonus, l'édition Néo Publishing / Mad Movies propose une intéressante entrevue avec Lamberto Bava, de près d'une demi-heure, des bandes annonces et filmographie, etc. La copie est belle avec une jolie photo et les pistes sonores sont en mono tout à fait correct, en français et en italien. Du très bon boulot pour un éditeur DVD devenu indispensable.

octobre 2006