PIRANHAS
Titre: Piranha
Réalisateur: Joe Dante
Interprètes: Bradford Dillman

 

Heather Menzies
Kevin McCarthy
Barbara Steele
Dick Miller
Paul Bartel
Belinda Balaski
Année: 1978
Genre: Horreur / Comédie
Pays: USA
Editeur Carlotta (dvd & Blu Ray)
Critique:

Producteur à la fois sympathique et opportuniste, Roger Corman ne pouvait laisser passer une mode et, au milieu des années 70, le succès des DENTS DE LA MER commence à faire des émules dans le petit monde du bis fauché. TINTORERA (alias LES DENTS D’ACIER) du mexicain René Cardona Jr, le téléfilm SHARK KILL, LES MACHOIRES INFERNALES de William Grefe, le TENTACULES d’Ovidio Assonitis (un décalque pur et simple) ou le plus original ORCA de Michael Anderson on déjà surfé sur la vague du film de Spielberg sans beaucoup de réussite artistique. Roger Corman se doit donc de se lancer dans la mêlée en proposant, lui aussi, une histoire de bestioles aquatiques affamées.

Joe Dante, qui n’a alors que deux longs métrages référentiels à son actif (THE MOVIE ORGY et HOLLYWOOD BOULEVARD), se voit offrir le poste de metteur en scène sur ce projet commercial sans beaucoup d’ambition. Pourtant, grâce à sa mise en scène nerveuse et au scénario adroit de John Sayles (écrivain brillant et réalisateur du très bon polar LONE STAR en 1996), le cinéaste parvient à dépasser la simple commande et accouche, ni plus ni moins, d'un des meilleurs ersatz des DENTS DE LA MER. Spielberg lui-même a d’ailleurs reconnu les qualités de ce PIRANHAS bien sympathique qui ne néglige ni les attaques nombreuses et sanglantes ni les traits d’humour en forme de clin d’œil (l’héroïne joue à un jeu d’arcade « Jaws », une baigneuse lit « Moby Dick » sur la plage,…).

Tout commence de manière classique lorsqu’un couple d’amoureux en ballade nocturne pénètre par effraction dans une base militaire abandonnée. Nos jeunes, David et Barbara, piquent une tête dans un bassin et sont attaqué par « quelque chose » de mystérieux. Le temps passant les familles des victimes font appel à une jeune détective nommée Maggie McKeown pour mener l’enquête et retrouver la trace des disparus. Remontant la piste, Maggie aboutit finalement chez Paul Grogan, un type bourru vivant en ermite et devenu alcoolique depuis son divorce.

Après que Paul ait mentionné l’existence d’une base militaire désaffectée toute proche, Maggie l’oblige à l’y conduire. Nos deux héros découvrent finalement un pendentif ayant appartenu à Barbara près d’un bassin dont Maggie vide l’eau dans la rivière. Intervient alors un vieux médecin, Robert Hoak, qui tente de les stopper. Après avoir maitrisé le docteur, Maggie et Paul écoutent son récit : l’armée effectuait des recherches sur la guerre bactériologique dans la base, lesquelles ont abouti involontairement à la création de piranhas mutants très agressifs. Or les poissons sont à présents libres et se dirigent vers l’océan en dévorant toutes personnes se trouvant sur leur route…

PIRANHAS ne doit pas être pris trop au sérieux : l’intention de Joe Dante est clairement d’offrir une satire qui doit presque autant aux DENTS DE LA MER qu’aux films de monstres des années 50. Le casting, pour sa part, s’avère solide avec, dans les seconds rôles quelques personnalités intéressantes comme le vétéran Kevin Mc Carthy, l’inévitable Dick Miller, acteur fétiche de Joe Dante et la belle Belinda Balaski, qui se retrouveront tous trois dans la distribution de HURLEMENTS deux ans plus tard.

Le cinéaste contestataire Paul Bartel (DEATH RACE 2000) et, surtout, l’icône du fantastique des sixties Barbara Steele sont également présents. Cette dernière n’allait d’ailleurs pas tarder à abandonner les grands écrans puisque, après la sortie du slasher SILENT SCREAM en 1980, elle se consacra exclusivement à la télévision, n’effectuant que de très sporadiques retours au cinéma à partir de 1994.

Mais les vraies vedettes du métrage sont sans doute les piranhas en eux-mêmes. Bien qu’un peu statiques et trahissant leur côté artificiel, les petits monstres se révèlent convaincants lorsqu’ils se précipitent sur leurs victimes. Si leurs cris bizarres ne sont pas du tout réalistes, ces bruits quasi surnaturels possèdent au moins le mérite de dynamiter des scènes également saturées de la musique stridente de Pino Donnagio. Celui-ci, alors au début de sa carrière, ne possédait pas encore la maîtrise dont il témoignera ensuite sur les métrages de Brian DePalma (en particulier PULSIONS, BLOW OUT et BODY DOUBLE) et livre une partition parfois exagérément stressante voire un brin désagréable mais qui illustre cependant efficacement les attaques des poissons carnivores.

Le montage est, lui, assuré par Joe Dante mais aussi par le débutant Mark Goldblatt, lequel a une carrière impressionnante allant de HURLEMENTS à X MEN 3 en passant par RAMBO 2, TERMINATOR, STARSHIP TROOPERS, etc. Au niveau effets spéciaux Phil Tippett, quatre fois nominé aux Oscars (et gagnant de la statuette sur JURASSIC PARC) effectue quelques travaux d’animation (on remarque la présence incongrue d'une petite créature reptilienne hantant la base militaire) tandis que Rob Bottin, roi des maquillages durant les années 80 (THE THING, LEGEND, ROBOCOP,…) livre, pour sa part, les effets gore résultant des nombreuses attaques.

En résumé, PIRANHAS reste une petite série B très agréable, qui se moque du politiquement correct (l’extermination des piranhas passe par la pollution massive), massacre joyeusement les personnages généralement épargnés dans les films d’horreur (les gosses se font méchamment bouffer !) et mène son intrigue sur un rythme suffisamment alerte pour ne jamais ennuyer.

Si Joe Dante perfectionnera ultérieurement cette formule basée sur l'humour, les références cinéphiliques et le frisson (en particulier dans HURLEMENTS et GREMLINS) l’ensemble remplit son contrat de divertissement horrifique de qualité.

 

Fred Pizzoferrato - Novembre 2008 - Révisé en mai 2013