RED SUN RISING
Titre: Red sun rising
Réalisateur: Francis Megahy
Interprètes: Don 'The Dragon' Wilson

 

Terry Farrell
Mako
Michael Ironside
Soon-Tek Oh
Edward Albert
James Lew
Année: 1994
Genre: Action
Pays: USA
Editeur
Critique:

Bénéficiant d’une bonne réputation auprès des amateurs de séries B d’action, RED SUN RISING est fréquemment considéré comme un des meilleurs films de Don The Dragon Wilson. Nous serons, pour notre part, plus nuancés.

L’intrigue, typique du DTV d’action, présente un flic japonais, Thomas Hoshino (Wilson, of course) allant aux Etats-Unis afin de découvrir les responsables du meurtre de son partenaire. Chez l’Oncle Sam, notre homme rencontre une charmante policière, Karen Ryder (et non pas Kamen Rider) campée par Terry Farrell (à l’époque en pleine gloire télévisuelle via « Star Trek Deep Space Nine ») et se retrouve, tel Yojimbo, au cœur d’une guerre de gangs.

Environné par des vétérans comme Mako (CRYING FREEMAN) et Michael Ironside (SCANNERS), Don the Dragon Wilson livre une performance crédible et son duo avec Terry Farrell se révèle tout à fait plaisant. La jeune femme mène littéralement le jeu et apporte une réelle vraisemblance à son personnage, lequel s’élève un peu au-dessus de la moyenne du genre et joue ouvertement la carte des différences culturelles et des préjugés racistes. On eut d’ailleurs aimé davantage de blagues de mauvais goût mais RED SUN RISING adopte un ton sérieux en dépit de dialogues parfois bien lourdingue. Toutefois, cette caractérisation, plus travaillée que de coutume, n’empêche pas de bonnes scènes de bastons durant lesquels le Dragon démontre ses capacités martiales.

Intelligemment, Wilson laisse l’essentiel du jeu d’acteur à ses partenaires et se concentre, pour sa part, sur les combats. Ces-derniers incluent une certaine dose de fantaisie puisque James Lew (AMERICAN NINJA 5) possède un « toucher mortel » qui lui permet d’abattre ses adversaires à l’aide d’un seul petit coup du doigt. Amusant ! En plus des affrontements à mains nues, le film propose quelques fusillades et la traditionnelle mais toujours efficace explosion de voiture à coup de lance-roquettes.

Malgré ses qualités (et en particulier ses comédiens impliqués et ses personnages relativement intéressants), RED SUN RISING reste trop générique pour s’élever au-dessus d’une honnête moyenne. Le script, paresseux et classique, peine à maintenir l’intérêt et si les affrontements à mains nues sont d’un bon niveau le film manque clairement d’une scène d’action marquante pour devenir autre chose qu’un honnête mais banal « time waster » de série B. Dans le genre on a certes vu bien pire (et souvent !) mais cela ne suffit pas à rendre l’ensemble mémorable.

Correct, sans plus ni moins.

Fred Pizzoferrato - Septembre 2016