LE TIGRE SORT SES GRIFFES
Titre: Return of the Tiger / Da Juan Tao
Réalisateur: Jimmy Shaw
Interprètes: Bruce Li

 

Angela Mao
Paul L. Smith
Chang Yi
Lung Fei
Blacky Ko
 
Année: 1979
Genre: Kung Fu / Bruceploitation
Pays: Hong Kong
Editeur  
Critique:

Même si le titre le laisse penser et qu’il est parfois présenté comme tel, RETURN OF THE TIGER n’est pas une véritable suite du gros succès EXIT THE DRAGON, ENTER THE TIGER mais simplement un nouveau véhicule pour Bruce Li (alias Ho Chung Tao). Ce-dernier marche, une fois de plus, dans les pas du Petit Dragon à la consternation (ou la satisfaction) des fans de kung fu bis. Après avoir détourné le titre ENTER THE DRAGON avec leur précédente œuvre, les producteurs de ce métrage poursuivent dans la même voie en s’appropriant RETURN OF THE DRAGON. Même si le Tigre ne se montre pas véritablement à la hauteur du Dragon, le résultat se suit cependant sans déplaisir.

L’intrigue se montre complexe, peut-être même un peu trop pour ce genre de produit, et il faudra par conséquent se montrer attentif pour comprendre les machinations ourdies par Bruce Li. Dans la grande tradition de YOJIMBO et, forcément, de POUR UNE POIGNEE DE DOLLARS, notre héros débarque en effet en Thaïlande pour abattre un trafic de drogues, montant pour cela les deux parrains locaux l’un contre l’autre.

Pour détailler davantage le scénario, RETURN OF THE TIGER prend place à Bangkok, dans un night club utilisé comme couverture par un trafiquant américain nommé George Cross. Celui-ci dispute le territoire asiatique à Tseng Tse Chan et l’arrivée de Chang Hung (Bruce Li) et de son amie (Angela Mao) complique la situation. Les deux combattants mettent tout d’abord à sac une école de kung fu appartenant à George Cross mais, en réalité, Chang Hung agit pour le compte de Cross lui-même. Son but est de gagner la confiance de Tseng Tse Chan et pouvoir infiltrer le gang chinois afin de le détruire de l’intérieur…

Pas vraiment passionnant, prévisible et sans doute inutilement embrouillé pour un kung fu bis des seventies, ce scénario ménage heureusement de nombreux moments d’action pour retenir l’attention défaillante du spectateur. Situé dans un environnement urbain et contemporain (enfin à l’époque !), RETURN OF THE TIGER permet surtout à Bruce Li de s’en donner à cœur joie. L’acteur, relativement crédible y compris dans les scènes dramatiques, nous offre de beaux combats, nerveux et divertissants. Bruce Li possède en outre un réel charisme et certaines scènes le mettent joliment en valeur.

Autre bon point, le métrage ne verse pas tellement dans le « sous Bruce Lee » et évite à l’acteur de sombrer dans la caricature, mettant de côté les tics récurrents du Petit Dragon. Evidemment, « bruceploitation » oblige, RETURN OF THE TIGER propose néanmoins quelques passages dans lesquels Bruce Li imite Bruce Lee. On les jugera, selon sa sensibilité et son humour, distrayants ou consternants… Angela Mao, pour sa part, tient une forme olympique et la star féminine des arts martiaux (vue dans OPERATION DRAGON) démontre sa souplesse et ses qualités de combattantes. Elle s’avère toujours aussi charmante et énergique et ses coups de pieds restent précis et efficaces. La voir en action reste, comme d’habitude, une certaine idée du bonheur…

Face à notre « dynamique duo » se dresse l’impressionnant Paul Smith, connu pour son rôle de sadique dans MIDNIGHT EXPRESS et revu ensuite dans des titres aussi variés que DUNE, MORT SUR LE GRILL ou KALIDOR. Un casting surprenant mais solide qui hisse RETURN OF THE TIGER au-dessus de la moyenne du genre. Les duels martiaux sont, eux, efficaces même si les chorégraphies demeurent classiques et sommaires, dans une tradition « urbaine » proche du combat de rue, loin des pirouettes acrobatiques de la Shaw Brothers. Typique du cinéma martial des années ’70, RETURN OF THE TIGER déroule donc une banale mais confuse histoire policière laissant l’opportunité de nombreux combats rondement menés.

Cinéaste peu connu ayant dirigé six « kung fu » entre 1972 et 1979 (dont LA FUREUR DU TIGRE, alias « Chinese Connection 2 » et METHOD MAN), Jimmy Shaw emballe le métrage sans génie mais en conférant aux nombreux affrontements un punch appréciable. Bruce Li et Angela Mao, en dépit d’un manque criant de caractérisation et de personnages peu intéressants, se démènent joyeusement et la première scène, dans laquelle nos spécialistes du kung fu effectuent une descente sur l’école du méchant se révèle même enthousiasmante. La suite, moins réussie, offre cependant de jolis duels martiaux et une confrontation finale rageuse entre Bruce Li et Paul Smith. La souplesse et l’agilité de Li rencontre la puissance brute de Smith pour un combat violent et bien troussé qui saura satisfaire les aficionados. A côté de ces affrontements efficaces signalons également un très amusant combat durant lequel Bruce Li se couvre le corps de graisse pour empêcher son adversaire, expert dans les clés et autres prises de contact, de l’attraper.

Dans un esprit typiquement seventies, Jimmy Shaw aère également le récit par de bref interludes musicaux situés dans une boite de nuit funky / disco qui confèrent à RETURN OF THE TIGER un charme rétro indéniable. Au niveau de la bande sonore, par contre, le métrage reprend essentiellement des compositions existantes tirées principalement des James Bond (et surtout de VIVRE ET LAISSER MOURIR).

Sans être une grande réussite, RETURN OF THE TIGER mérite une vision et s’avère, au final, un divertissement sans prétention non dénué de séquences bien troussées. En dépit de quelques longueurs, le film reste distrayant et rythmé, servi par des interprètes athlétiques et des combats enthousiastes. Pour une bruceploitation des seventies c’est déjà franchement pas mal !

 

Fred Pizzoferrato - Janvier 2011