JIGSAW (SAW VIII)

Titre: Jigsaw / Saw VIII: legacy
Réalisateur: Michael Spierig & Peter Spierig
Interprètes: Tobin Bell

 

Matt Passmore
Callum Keith Rennie
Hannah Emily Anderson
Clé Bennett
Laura Vandervoort
Année: 2017
Genre: Horreur / Thriller
Pays: USA
Editeur
Critique:
Débutée par un excellent thriller machiavélique au tout début des années 2000, la saga SAW s’était, au fil des séquelles successives, embourbée dans une horreur de plus en plus frontale et gratuite. Sabordée en 2010 avec un décevant SAW – CHAPITRE FINAL, la série était, depuis en sommeil. Les retrouvailles avec Jigsaw et ses pièges tordus constituent donc une plaisante surprise, ce huitième volet délaissant le gore des derniers volets pour retourner aux bases de la saga.

Sorti, comme les précédents, pour Halloween, JIGSAW s’apparente, dès lors, à une sorte de micmac appréciable des deux premiers opus. Un criminel, Edgar Munson, menace des policiers et demande à parler au détective Halloran. Celui-ci, accompagné de son collègue Hunt, arrive sur les lieux et Munson affirme qu’il participe à un jeu : sa vie ou celle de cinq personnes. Il doit effectuer son choix à l’aide d’une télécommande. Les flics tirent sur celle-ci mais, au cours de la fusillade, Munson est grièvement blessé et sombre dans le coma. Au même moment, cinq personnes se réveillent enchainées dans une grange. John Kramer, le tueur au Puzzle, s’adresse à ses proies et exige de recevoir le prix du sang. Nos prisonniers se blessent volontairement et quatre parviennent à accéder à la seconde épreuve du jeu. Il apparait rapidement que tous ont des crimes sur la conscience : leur conduite à conduit à la mort de plusieurs innocents. Dans le même temps, des cadavres sont découverts, victimes de tortures sanglantes qui laissent penser qu’ils ont été les cibles d’un jeu sadique. Halloran et Hunt mènent l’enquête avec l’aide de deux médecins légistes, Logan et Eleanor. Ces quatre personnes en viennent à se soupçonner mutuellement mais l’opinion publique, de son côté, penche pour un enième retour de John Kramer, pourtant supposé décédé depuis dix ans. Sous la pression populaire, Halloran demande l’exhumation du corps de Kramer. Or, dans le cercueil, on découvre le corps de Munson…



Les frères Spierig, réalisateurs des excellents DAYBREAKERS et PREDESTINATION, prennent les rênes de la franchise avec ce nouveau volet agréable à suivre. Délaissant la surenchère des derniers épisodes, JIGSAW ménage une intrigue policière efficace aux rebondissements nombreux qui relancent régulièrement l’intérêt du spectateur. Les cinéastes pointent ainsi plusieurs suspects possibles et terminent, forcément, leur récit par un twist final, certes quelque peu prévisible et totalement invraisemblable mais également sympathique et, surtout, dans la tradition de la saga.

Plus que jamais les victimes de Jigsaw ont largement méritées leur sort et, contrairement à la majorité des torture porn, ce côté vengeur et moralisateur rend l’entreprise plaisante tant on se délecte des tortures subies par ces salopards. Lorsqu’ils sont finalement mis à mort par un Jigsaw revanchard on ne peut, au final, que prendre le parti du tueur justicier bien plus fréquentable et intéressant que ses proies. Les tortures sadiques et sanglantes se révèlent donc fort amusantes à regarder et n’ont pas le côté malsain de bien des films similaires dans lesquels ce sont des innocents qui souffrent.



Malgré son manque de crédibilité, son apparente redondance (le film reprend divers éléments de la saga au point d’en constituer une sorte de best of), ses ficelles éculées (encore un nouveau disciple pour John Kramer), JIGSAW demeure une belle petite surprise pour les amateurs du personnage incarné une nouvelle fois par un excellent Tobin Bell. Vu la réussite, certes modeste mais bien réelle, de cet épisode qui se conclut par une fin ouverte en forme de clin d’œil (la boucle est bouclée !) on en reprendrait bien une tranche avec un neuvième chapitre…

Fred Pizzoferrato - janvier 2018