STAR TREK III: A LA RECHERCHE DE SPOCK
Titre: Star Trek III - The Search for Spock
Réalisateur: Leonard Nimoy
Interprètes: William Shatner

 

Leonard Nimoy
DeForest Kelley
James Doohan
George Takei
Walter Koenig
Nichelle Nichols
Année: 1982
Genre: Science-fiction
Pays: USA
Editeur  
Critique:

Après le coup de théâtre final de STAR TREK 2 : LA COLERE DE KHAN et la mort tragique et héroïque de Spock, le personnage emblématique de la saga, cette troisième déclinaison pour les salles obscures de la célébrissime franchise science-fictionnelle remet de l’ordre dans une routine bousculée et ramène à la vie le Vulcain décédé.

Au terme du précédent film, Spock s’est, en effet, sacrifié pour sauver l’Enterprise menacé par les conséquences du projet Genesis. Cependant, Sarek, le père de Spock, contacte Kirk et lui affirme que son fils n’est pas réellement mort : il aurait transféré son esprit dans le corps de McCoy. Pour réunir l’esprit de Spock et son corps, Kirk vole l’Enterprise et se dirige vers la planète Genesis, nouvellement créée. Mais cette dernière intéresse grandement les Klingons qui désirent cette technologie novatrice pour leur seul profit. La planète, instable, menace de s’autodétruire alors qu’une course contre la montre s’engage pour ramener Spock à la vie…

Désireux d’entamer une carrière de réalisateur, Leonard Nimoy accepte de diriger ce troisième épisode de la saga qui le rendit universellement célèbre. Son personnage fétiche, Spock, étant absent durant la majeure partie du temps de projection, il peut se concentrer sur sa nouvelle tâche de metteur en scène. Sans rivaliser avec ces deux prédécesseurs plus expérimenté, Nimoy accomplit néanmoins un travail tout à fait honnête auquel on ne pourra guère formuler de reproche tant il maîtrise le spectaculaire et l’intimiste avec un égal bonheur. Hélas, au niveau de l’intrigue, STAR TREK 3 n’invente guère et s’applique essentiellement à remettre la saga sur ses rails en gommant la plupart des innovations établies par les deux premiers épisodes.

Comme dans la série télévisée, STAR TREK 3 offre à chacun de ses protagonistes l’occasion de briller durant une brève scène spécifiquement conçue pour satisfaire les attentes des fans. Les comédiens effectuent, bien sûr, leur numéro à présent rodé par des années de pratiques et leurs relations amicales s’avèrent crédibles et intéressantes. A contrario, difficile d’être surpris par une trame très linéaire et prévisible dont les enjeux sont résumés par un sous-titre sans équivoque : « A la recherche de Spock ».

La première heure peine donc à réellement passionner, tout étant mis en place de manière assez longuette et laborieuse. La suite, par contre, fonctionne de manière plus fluide et développe enfin un certain suspense quoique l’issue du film ne soit jamais douteuse. La portée philosophique du scénario et les questionnements sur l’existence et la place de l’Homme dans l’univers apparaissent eux-aussi, peu à peu, afin de donner une relative profondeur au long-métrage. Si tout cela, bien sûr, reste seulement évoqué, cela suffit à rendre STAR TREK 3 intéressant par instant en dépit d’un réel manque d’ampleur par rapport aux thématiques cosmiques et métaphysiques abordées. La réincarnation, par exemple, devient ici un simple twist scénaristique destiné à permettre le retour à la vie de Spock et ses implications ne sont jamais évoquées frontalement.

Sans être un ratage, STAR TREK 3 accumule donc les occasions manquées d’offrir au public une véritable science-fiction philosophique et « littéraire » même si l’ensemble reste plus intéressant qu’un banal blockbuster orienté « space opera ». Sans doute trop calculé pour satisfaire les fans courroucés par la mort de Spock au terme du précédent volet, STAR TREK 3 demeure un divertissement sympathique et bien troussé qui dose avec un minimum d’habileté l’émotion et l’humour.

Malheureusement, le film n’ira pas plus loin que cette envie, certes légitime, de donner au spectateur ce qu’il attend. Sans plus ni moins.

 

Fred Pizzoferrato - Septembre 2014