LE TEMPS DU MASSACRE
Titre: Il tempo di massacro
Réalisateur: Lucio Fulci
Interprètes: Franco Nero

 

Guieseppe Addobbati
George Hilton
 
 
 
 
Année: 1966
Genre: Western
Pays: Italie
Editeur Wild Side
5 /6
Critique:

Si Lucio Fulci est surtout connu pour ses films d'horreurs explicitement gores et étranges, il ne faut pas oublier qu'avant de se découvrir une spécialité pour le fantastique, Fulci a oeuvré dans à peu près tous les genres populaires du cinéma. Pourtant, il ne s'était consacré principalement qu'à la comédie avant de réaliser ce TEMPS DU MASSACRE.

Sorti en 1966, soit la même année que DJANGO et LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND (une bonne année pour le western), LE TEMPS DU MASSACRE s'impose sans problème permettant ainsi à son réalisateur de transformer son premier essai du genre. On y découvre Tom Corbett (un Franco Nero impeccable) revenant habiter à la maison familiale avec son frère (George Hilton) et découvrant que la région entière est à la merci de Scott (Giuseppe Addobbati), un violent criminel assoiffé de pouvoir.

Le pitch est classique, le jeune premier va venir délivrer le village des méchants, etc. Seulement, le traitement est radicalement différent de ce qu'on a pu voir jusqu'à présent. En effet, s'engouffrant dans la brèche ouverte par DJANGO, LE TEMPS DU MASSACRE s'impose comme un western très violent peuplé de dangereux sadiques. La scène pré-générique lance la machine en présentant une chasse à l'homme dont le gibier (un pauvre paysan) finira en festin pour une meute de chien sous les yeux hilares de leurs maîtres. Bref, on ne fait pas dans la dentelle et c'est tant mieux.

Si le récit s'essouffle petit à petit tant l'histoire n'est qu'un prétexte, on est heureusement vite rassuré par le dernier tiers du film comprenant une scène de torture folle dans laquelle Giuseppe Addobbati lacère littéralement le visage de ce pauvre Nero avec un fouet. Et c'est après que vient le temps du massacre avec une vengeance et des gunfights à n'en plus finir. D'ailleurs, on peut remarquer que Fulci ne réutilise que très peu les codes du western. Ici, donc, nous ne voyons pas de long duels étirés dans le temps comme chez Sergio Leone, mais une violence de tous les instants, brute et viscérale qui frappe autant qu'elle surprend. Le duel final, aussi original qu'expéditif, exprime particulièrement bien ce parti pris.

Le fait de retrouver George Hilton en frère alcoolique de Franco Nero et la relation que leurs personnages respectifs entretiennent fait aussi partie des grande qualités de ce film. Ainsi, ce couple d'acteurs (sans oublier l'étonnant Giuseppe Addobbati dans son rôle de sadique) apporte un peu de justesse au récit qui semble un peu grossier par moment. Par exemple, la révélation de Scott faite à Tom Corbett vient trop meubler cette histoire qui ne semble intéresser personne. Pourtant, c'est vraiment avec plaisir qu'on suit ce western spaghetti pas comme les autres.

Il faut croire que cette première expérience en matière de western n'a pas refroidi le maître transalpin du gore puisqu'il récidivera quelques années plus tard avec LOS DESPERADOS et SELLA D'ARGENTO, qui jouissent d'une bonne petite réputation ; mais surtout c'est 4 DE L'APOCALYPSE un magnifique film désenchanté au ton unique qui retiendra l'attention des fans du genre. Après ce court passage dans le monde de l'ouest sauvage (on peut noter aussi les deux CROCS BLANCS dans un genre proche), Lucio Fulci s'imposera en tant que maître de l'horreur et du gore avec L'ENFER DES ZOMBIES ou FRAYEURS - pour ne citer qu'eux.

Avec le recul nécessaire, il est indéniable que LE TEMPS DU MASSACRE porte la griffe de son géniteur et les prémisses de son oeuvre future. Par l'intermédiaire des scènes de sadisme (le fouet !) et la violence qui se dégage de l'ensemble mais aussi par une mise en scène efficace (et adaptée au genre) préférant la suggestion à la démonstration, ce western spaghetti de la grande époque est définitivement à classer parmi les fleurons du genre.

Nicolas alias Bob Lemorse (Focale Cineblog) - juillet 2006