TENTACULES
Titre: Tentacoli / Tentacles
Réalisateur: Ovidio G. Assonitis
Interprètes: John Huston

 

Shelley Winters
Henry Fonda
Bo Hopkins
Delia Boccardo
 
 
Année: 1977
Genre: Aventures / Sous-"Jaws"
Pays: Italie
Editeur Neo Publishing
Critique:

Produit après le succès des DENTS DE LA MER, ce métrage italien en est une des premières imitations. Si le film est loin d'être une réussite, notons cependant qu'il s'élève largement au-dessus des ultérieurs APOCALYPSE DANS L'OCEAN ROUGE, PIRANHA 2 et autres SHARK ATTACK.

La première chose qui frappe à la vue de ce TENTACULES est sans doute le budget relativement important dont semble avoir bénéficié Ovidio Assonitis. Ce-dernier rassemble tout d'abord quelques vétérans hollywoodiens menés par un John Huston alors septuagénaire. A ses côtés Shelley Winters, Claude Akins, Henry Fonda (en toute fin de carrière) et le presque jeunot Bo Hopkins tentent de donner un minimum de crédibiliter à cette histoire qui, dans les grandes lignes, se contentent de recopier le chef d'œuvre de Spielberg en remplaçant le requin par un immense octopus.

Dans la petite ville de Solona Bay, quelques personnes disparaissent mystérieusement. Un type en voiture, un vieux pêcheur, un bébé dans sa poussette,…Les morts étranges se multiplient et le Sheriff Robards (Claude Akins), aidé du journaliste Ned Turner (John Huston) commençent à suspecter que le coupable pourrait être une pieuvre géante particulièrement agressive. Ned Turner se met alors à suspecter les activités de Mr Whitehead (Henry Fonda), le directeur de la compagnie Trojan, d'avoir sorti des abysses le redoutable octopus. Avec l'aide d'un océanographe nommé Will Gleason (Bo Hopkins), nos héros vont tenter de juguler la menace sous-marine.

TENTACULES est donc un métrage plutôt stupide mais qui bénéficie d'un côté résolument kitsch encore appréciable par les amateurs les plus indulgents. Le scénario repompe LES DENTS DE LA MER, la musique n'est pas toujours réussie (c'est le moins qu'on puisse dire, la majorité du score ressemble à la musique "d'ambiance" d'un porno seventies fauché!) et les séquences de suspense ne fonctionnent que par intermitence. Si l'une ou l'autres s'avèrent étonnamment efficaces (à condition de bien vouloir se montrer un minimum conciliant) la plupart paraissent mal torchées et manquent de punch.

Difficile aussi de ne pas sourire devant les multiples "images arrêtées" utilisées par le cinéaste dans une vaine tentative de booster un suspense inexistant. Le résultat étant, bien sûr, à l'opposé des intentions d'Assonitis puisqu'il sombre dans le ridicule et, heureusement serait on tenté de dire, dans le comique involontaire! Il est assez navrant de constater que le réalisateur désire donner à son film un côté "artistique" prononcé alors qu'une mise en scène simple et nerveuse aurait au moins pu sauver les meubles.

Mais Assonitis souhaite manifestement prouver qu'il est un "grand cinéaste" et ses pathétiques tentatives d'élever le sujet au-dessus du simple "monster movie" démarquant un grand succès sont sans doute ce qu'il y a de plus embarassant dans TENTACULES. Visuellement, le métrage ne paraît pourtant pas trop pauvre et si la plupart des vedettes invitées se demandent visiblement ce qu'elles font là ("mon cachet!"), l'ensemble demeure d'un niveau acceptable pour les fans de nanars sympathiques.

En résumé, TENTACULES est clairement un mauvais film mais les inconditionnels du sous-JAWS rital se laisseront probablement quand même tenter par une vision distraite.

Fred Pizzoferrato - Octobre 2008