DEMAIN, QUAND LA GUERRE A COMMENCE
Titre: Tomorrow, When the War Began
Réalisateur: Stuart Beattie
Interprètes: Caitlin Stasey

 

Rachel Hurd-Wood
Lincoln Lewis
Deniz Akdeniz
Phoebe Tonkin
Chris Pang
Ashleigh Cummings
Année: 2010
Genre: Action / Anticipation / Guerre
Pays: Australie
Editeur Seven7
Critique:

Accueilli avec tiédeur par la critique et le public (excepté en Australie), DEMAIN QUAND LA GUERRE A COMMENCE constitue un mélange improbable mais finalement pas désagréable de film de guerre, d’anticipation et de « teen movie ». Son principal défaut étant sans doute ses grandes similitudes avec le classique anti-communiste L’AUBE ROUGE de John Milius au point qu’il fut qualifié, non sans humour, de « Red Dawn Under ».

L’intrigue, en effet, rappellera sans doute de bons souvenirs aux amoureux du cinéma d’action des années ’80. La belle étudiante Ellie Linton décide de s’offrir un week-end de camping en pleine avec sa meilleure amie, Corrie, accompagnée de son petit ami Kevin. Quelques camarades de classe partent également à l’aventure : Lee (un Asiatique amoureux d’Ellie), Robyn, vertueuse et très pieuse, Homer, un ami d’enfance d’Ellie au comportement un peu irresponsable et Fiona, l’exemple même de la fille riche et belle ayant tous les garçons (et en particuliers Homer) à ses pieds.

A leur retour de ballade, les sept Australien découvre que leur pays a été envahis par des soldats asiatiques (jamais nommé mais on devine qu'il s'agit de cocos, probablement Chinois ou Nord-Coréens)...La surprise passée, les jeunes gens tentent de s’organiser pour survivre dans un territoire devenu hostile où tous les adultes, frappés par surprise, ont été emmenés dans des camps. Comprenant finalement qu’ils n’ont rien à espérer des autorités, les sept amis décident de prendre les armes pour défendre leur nation et, à terme, contre-attaquer...Aidé d’un certain Chris, surdoué asocial amateur de joints, le petit groupe prend pour cible un pont stratégique qui permet à l’ennemi d’acheminer de nouveaux renforts…

Adapté d'une saga pour ado en 7 tomes (« Tomorrow ») , ce long-métrage s'inspire manifestement de L’AUBE ROUGE et déroule une intrigue un peu trop prévisible qui n'a jamais, malheureusement, la hargne patriotique et xénophobe de ses modèles américains nettement plus belliqueux et anti-communiste...d'où une impression mitigée pour ce « petit » film qu'on aurait aimé plus radical dans son traitement de l'invasion, ici limitée à quelques escarmouches. Le climax, pour sa part, recourt au traditionnel objectif, souvent usité dans le cinéma de guerre, de la destruction d'un pont qui permet aux envahisseurs d'acheminer des renforts supplémentaires vers l’arrière-pays australien.

Si DEMAIN QUAND LA GUERRE A COMMENCE se regarde sans déplaisir, tout ça manque néanmoins d'ampleur et de violences pour passionner, l’orientation très adolescente du long-métrage lui interdisant de plonger véritablement dans l’horreur du conflit armé.

En dépit d’une scène de poursuite plutôt convaincante et spectaculaire en milieu de péloche, le film ne se montre pas suffisamment spectaculaire pour pleinement contenté les amateurs de « bourrinages » tandis que les adeptes d’une approche psychologique du sujet se désoleront sans doute du manque de profondeur des personnages malgré de longues scènes d’exposition qui confèrent au projet un côté « pilote de série télévisée » parfois gênant.

Pour sa première mise en scène, Stuart Beadie s’en sort cependant avec les honneurs et démontre ses compétences après s’être rodé, en tant que scénariste, sur de grosses productions comme PIRATES DES CARAIBES, COLLATERAL ou GI JOE RISE OF THE COBRA. Sa réalisation tire parti d’un budget relativement modeste et ne sombre jamais dans les travers de la caméra épileptique lors des scènes d’action bien emballées et toujours très lisibles.

La suite, qui s'annonçait plus épique, risque, hélas, de passer à la trappe vu l'arrivée du remake de L’AUBE ROUGE et l'accueil mitigé du film...Dommage car le final de ce premier volet montrait les gosses transformés en véritables « Rambo » surarmés prêt à "combattre l'ennemi de toutes leur force jusqu'à enfin retrouver la paix".

Plutôt prometteur sur le papier, DEMAIN QUAND LA GUERRE A COMMENCE se révèle, à l’arrivée, une semi déception. Toutefois, ceux qui aiment voir des adolescents brandir un flingue avant de s’en aller tuer des méchants pourront se satisfaire de ce film somme tout honnête et techniquement très correct.

 

Fred Pizzoferrato - Décembre 2012