TRICK 'r TREAT
Titre: Trick 'r Treat
Réalisateur: Michael Dougherty
Interprètes: Dylan Baker

 

Brian Cox
Moneca Delain
Laurie Lee Smith
Anna Paquin
Quinn Lord
 
Année: 2008
Genre: Fantastique / Horreur / Film à skteches
Pays: USA
Editeur  
Critique:

La fête d’Halloween a régulièrement inspiré les cinéastes fantastiques, ne serait-ce que par la saga homonyme entamée par John Carpenter, et plus particulièrement les épisodes HALLOWEEN LA NUIT DES MASQUES et HALLOWEEN 3 - LE SANG DU SORCIER, ce dernier traitant des légendes liées à cette célébration. Le film à sketches TRICK ‘R TREAT, coproduit par Bryan Singer (USUAL SUSPECTS, X MEN), propose donc une série d’ histoires illustrant cette fête des morts et des fantômes afin de lui rendre son aspect effrayant, éludé au profit des déguisements, farces et autres soirées commerciales.

La petite ville de Warren Valley, dans l’Ohio, s’apprête à célébrer Halloween. La jeune Emma écrase une citrouille porte bonheur placée devant sa maison en dépit de la remarque de son mari Henry, lequel lui affirme que cela pourrait froisser « quelqu’un ». Pendant ce temps, Laurie, jeune demoiselle de 22 ans déguisée en Petit Chaperon Rouge se rend à une grande soirée costumée. Les amies de Laurie souhaitent lui trouver un compagnon afin de la débarrasser de son encombrante virginité...mais qui sera l’heureux élu ? De son côté, Charlie, un petit garçon gourmand s’amuse à détruire diverses décorations d’Halloween. Son chemin croise celui de Steven, le directeur du lycée local, très à cheval sur les traditions liées à Halloween et au respect des défunts. Toujours durant cette même nuit, quatre jeunes adolescents proposent à Rhonda, une gamine mal dans sa peau, de se rendre dans une carrière abandonnée sur laquelle d’étranges histoires circulent. En effet, depuis un accident de car ayant provoqué la mort de huit enfants handicapés mentaux l’endroit est supposé hanté. Quant à Mr Kreeg, vieil homme solitaire et alcoolique, il reçoit la visite d’une créature surnaturelle lui proposant le traditionnel « un bonbon ou une farce»…

TRICK ‘R TREAT, précédé d’une réputation ultra-flatteuse, constitue une vraie bonne surprise dans le domaine du cinéma d’horreur récent. Esthétiquement influencé par les comics et les productions fantastiques des années ’80, l’œuvre de Michael Dougherty retrouve le ton sarcastique du premier CREEPSHOW mais interconnecte intelligemment les intrigues afin d’éviter le côté « quatre ou cinq courts métrages mis bout à bout pour atteindre 90 minutes», défaut inhérent à de (trop) nombreux films à sketches.

 

TRICK ‘R TREAT parvient, en effet, à mêler les personnages archétypaux du fantastique (vampires, loups-garous, revenants, tueur en série, croquemitaine et jeune vierge en péril) au sein d’histoires apparemment indépendantes qui finissent toutefois par se croiser de manière astucieuse. Le mécanisme bien huilé vira parfois au procédé (certaines séquences vues du point de vue d’un personnage particulier sont revisitées par un autre protagoniste un peu plus tard) mais permet de relancer l’intérêt en optant pour un ton à la fois effrayant et distancié. Car l’humour, généralement noir, reste la composante principale des diverses histoires, souvent basé sur un savoureux jeu de masques. Normal pour un métrage consacré à Halloween, sans doute, tant les personnages ne sont jamais ce qu’ils paraissent être. Difficile d’en dire davantage sans révéler les nombreux petits twists émaillant le métrage mais déflorons néanmoins le sketch où une vierge déguisée en Petit Chaperon Rouge se rend à une soirée costumée. Traquée par un vampire, la demoiselle révèle sa vraie nature, celle d’un loup-garou se débarrassant de ses oripeaux humains pour dévorer le vampire qui, pour sa part, est en réalité un homme ordinaire grimé en créature de la nuit !

TRICK ‘R TREAT propose ainsi son lot de farces macabres et de travestissements, passant habilement d’une intrigue à une autre et réussissant à maintenir l’intérêt en dépit d’un certain classicisme thématique (les quatre scénarios proposés ne sont pas vraiment originaux !). Bien sûr, l’ensemble trahit également un inévitable déséquilibre entre les sketches même si, pour une fois, ils sont tous d’un assez bon niveau.

Loin des productions « direct to dvd » bâclées polluant les étagères de vidéoclubs, TRICK ‘R TREAT s’avère en outre soigné et bénéficie également d’une qualité technique irréprochable. La mise en scène de Michael Dougherty se montre inspirée et efficace, proposant quelques plans novateurs et orchestrant des séquences surprenantes comme une très originale orgie impliquant des louves-garous se transformant de manière étonnante.

Quoiqu'il s’agisse du premier long-métrage de Dougherty (reprenant l’argument de son propre court, datant de 1996), le bonhomme n’est pas véritablement un novice dans le fantastique puisqu’il a écrit les scénarios de URBAN LEGENDS 3, SUPERMAN RETURNS et X MEN 2.

De leur côté, les interprètes (parmi lesquels on retrouve le vétéran Brian Cox – vu dans ZODIAC, X MEN, TROIE ou encore l’excellent RED - et la jolie Anne Paquin qui incarnait Malicia dans la trilogie X MEN) sont tous convaincants et concernés. Même si les personnages restent souvent juste esquissés, cela change agréablement des adolescents imbibés de bière et des bimbos stupides croisés dans d’innombrables séries B. Enfin, la photographie s’avère, pour sa part, très soignée, permettant des plans superbes et immédiatement iconiques, soulignés par une musique adéquate.

TRICK ‘R TREAT constitue, en définitive, une jolie expérience et une petite production tout à fait réjouissante, s’inscrivant dans une tradition à la fois rétro et moderne qui devrait enthousiasmer les fans de fantastique et épouvante. Une belle réussite et une véritable bouffée d’air frais dans le cinéma horrifique des années 2000!

 

Fred Pizzoferrato - Juillet 2010