TROUBLESOME NIGHT 2
Titre: Yin Yang lu: Zhi wo zai ni zuo you
Réalisateur: Herman Yau
Interprètes: Louis Koo

 

Simon Lui
Allen Ting
Amanda Lee
Kar Lok Chin
Tat-Ming Cheung
Christine Ng
Année: 1997
Genre: Film à sketches / Horreur
Pays: Hong Kong
Editeur  
Critique:

Second volet de l’interminable saga horrifico-comique hongkongaise, TROUBLESOME NIGHT 2 propose trois nouvelles histoires fantastiques qui laissent, une fois de plus, la part belle aux fantômes.

Dans la première une jeune femme, Anita, dont le copain vient de décéder, appelle une station de radio afin d’y trouver du réconfort. Cependant, l’un des animateurs, par provocation, lui conseille de se suicider pour retrouver son amour perdu. La demoiselle prend le message au sérieux, monte sur le toit de son immeuble et se jette dans le vide. Le DJ, rongé par le remord, se voit ensuite persécuté par le fantôme revanchard qui le harcèle au téléphone. Pour apaiser les esprits, l’animateur se rend chez la mère de la défunte, laquelle lui offre le journal intime d’Anita.

Excepté une certaine modernisation de l’intrigue, il s’agit d’un traditionnel conte horrifique au cours duquel un spectre se venge des vivants. Les clichés de l’épouvante asiatique sont donc de la partie mais le tout, quoique très linéaire, se regarde sans déplaisir. Dommage cependant que l’intrigue manque de surprise ou de véritables frissons jusque sa conclusion attendue.

Après quelques notes d’humour souvent ratées ou déplacées, TROUBLESOME NIGHT 2 enchaîne avec une deuxième histoire, dans laquelle des amis du décédé du premier sketch essaient d’oublier leur douleur en partant en ballade maritime avec une copine. Ils croisent un exorciste asiatique qui affirment que la mer est hantée mais tiennent peu compte de ces avertissements et plongent dans les flots en espérant voir leur compagne en bikini. Peu après, l’un des jeunes gens renverse accidentellement le livre de la demoiselle et nage pour le récupérer, heurtant le cadavre d’un cochon qui flotte sur l’océan. Par la suite, les jeunes gens sauvent de la noyade une jeune fille accrochée à une épave et des faits étranges et angoissants surviennent sur le bateau.

Languissant et longuet, ce segment, essentiellement basé sur un humour souvent poussif, peine à décoller jusqu’à l’irruption des éléments horrifiques, lesquels s’avèrent franchement attendus. Beaucoup trop faible, le sketch s’éternise et ne propose, au final, aucune explication ou conclusion aux événements précédemment décrit, ce qui laisse le spectateur perplexe avec un goût d’inachevé dans la bouche. Un ratage.

Le dernier segment, beaucoup plus court, se montre un poil plus original dans son environnement mais se contente de ressasser des clichés maintes fois rencontrés dans l’épouvante asiatique. Un animateur radio quitte son boulot suite à la mort de ses collègues et se lance dans une carrière de coureur moto, participant à des compétitions dans les rues de Hong Kong. Des fantômes apparaissent sur sa route et les morts du premier sketch reviennent afin de « boucler la boucle » de manière humoristique et effrayante.

Comme le premier volet, TROUBLESOME NIGHT 2 développe un semblant de continuité entre les différents sketches pour éviter l’aspect « suite de courts-métrages » qui plombe bien des anthologies horrifiques. Malheureusement, cela ne suffit pas à rendre intéressant ce petit budget trop chiche en frisson pour convaincre les amateurs.

Toutes les intrigues, linéaires et prévisibles, semblent bâties sur le même schéma : des événements maléfiques surviennent à une poignée d’individus qui tentent de leur échapper et finissent par mourir. Logiquement, une grande lassitude s’empare du spectateur au terme d’un long-métrage jamais passionnant mais qui parvient, parfois, à distiller un léger frisson ou à provoquer un ou deux sourire.

Cela ne suffit pas, loin de là, à recommander ce médiocre « film à sketches » à réserver aux inconditionnels du genre ou de l’épouvante asiatique à base de fantôme revanchard et de malédictions mortelle. Médiocre.

 

Fred Pizzoferrato - Novembre 2013